L'accord de pêche entre le Maroc et l'UE paraphé à Rabat

Fouad Yazough (g), ambassadeur de l'Union européenne (UE) à Rabat, Claudia Wiedey (d), et Zakia Driouach, secrétaire générale du ministère marocain de la pêche (c ), signent un accord de pêche entre l'UE et le Maroc, à Rabat, le 24 juillet 2018.
© FADEL SENNA / AFP

Le Maroc et l'Union européenne (UE) ont paraphé ce mardi 24 juillet à Rabat leur nouvel accord de pêche. C’est l’aboutissement de trois mois de négociations. Mais pour être appliqué, le texte doit encore être approuvé par les parlements européen et marocain.

Soucieux de renouveler ce texte commercial, les Etats membres et la Commission européenne négocient avec Rabat depuis le mois d'avril pour amender le texte afin qu'il garantisse des retombées socio-économiques aux populations du sud, conformément au jugement prononcé il y a sept mois.

En février dernier, la Cour de justice de l'UE avait considéré que les deux parties devaient renégocier certaines dispositions de leur partenariat dans le secteur de la pêche. Des dispositions qui violaient le principe de l'autodétermination du Sahara occidental, un territoire disputé entre Rabat et les indépendantistes du Front Polisario.

Selon le chef de la diplomatie marocaine, le renouvellement de l'accord de pêche inclut le Sahara occidental et Rabat précise que le texte signé doit permettre d'« optimiser les retombées et les bénéfices pour les populations locales des zones concernées ». Selon les termes du nouvel accord, des avantages socio-économiques d'infrastructures, de services sociaux de base et de création d'entreprises tout comme de formations professionnelles ont été ajoutés au profit des populations locales. Le Front Polisario n’a pas encore réagi à la signature de cet accord.

Le nouvel accord permet aux navires de l'Union européenne d'accéder à la « zone de pêche marocaine », en échange d'une contribution économique, qui « passe à plus de 52 millions d'euros par an, soit une augmentation de 30% ».

Cette disposition figure dans un document du ministère marocain de l'Agriculture et de la Pêche, diffusé peu après la signature du texte. Un « accord gagnant-gagnant », selon la chef de la délégation de l'UE au Maroc. Le Maroc a également obtenu une hausse du nombre de Marocains autorisés à embarquer dans les navires européens.

Le volume des prises autorisées devrait rester inchangé pour les pêcheurs européens.

Enfin, des modifications ont été apportées afin d'exclure les sites menacés de surexploitation. Ainsi, la Méditerranée ne fait plus partie de la zone de pêche européenne du Maroc. Les poulpes et les crevettes, massivement pêchés au large du Sahara occidental, sont aussi écartés de l'accord. Comme le précédent, le texte prévoit qu'environ 120 navires de pêche européens, en particulier espagnols, puissent pêcher dans les eaux territoriales marocaines.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.