Republier
Bénin

Bénin: levée de l’immunité parlementaire pour trois députés de l’opposition

Une manifestante devant l'Assemblée nationale à Porto Novo, le 4 avril 2017.
© YANICK FOLLY / AFP

Au Bénin, trois députés vont devoir faire face à la justice. Le Parlement a voté ce mardi la levée de leur immunité, sur requête de la justice béninoise. Ces membres de l'opposition sont notamment accusés de mauvaise gestion, d'irrégularité et d'abus de fonction.

Parmi ces trois députés de l’opposition figurent deux proches de l’ancien président Boni Yayi. Il y a son ancien ministre de la Justice, Valentin Djènontin, aujourd'hui secrétaire exécutif du parti d'opposition FCBE, Forces cauris pour un Bénin émergent et il y a Idrissou Bako, également membre du même parti. Quant à Mohamed Atao, le troisième député concerné, il est également cité dans une affaire de faux médicaments et de fraude douanière, et lui aussi est un membre de l'opposition.

L'un des députés de la majorité, Orden Alladatin, membre de la commission des Lois, a voté pour la levée de ces immunités parlementaires. Et pour lui, l’objectif est clair : « C'est de les mettre à la disposition de la justice pour que la justice puisse faire son travail. Et je vous le dis, si ces personnes n'ont rien à se reprocher comme elles le clament, le disent et l'entretiennent sur les réseaux sociaux, mon souhait personnel, c'est que la justice puisse faire son travail et qu'elles soient blanchies. Ca serait vraiment à l'honneur de la représentation nationale ».

Avant ce vote, les trois députés en question ont été auditionnés par une commission spéciale. Cette commission a estimé que les preuves étaient insuffisantes. C'est ce qui fait dire au député de l'opposition, Nouréni Atchade, membre de cette commission spéciale, qu'il s'agit d'une affaire très politique : « Nous avons remarqué que c'est une question politique. Les camarades dont les immunités ont été levées sont des députés de l'opposition, de la minorité parlementaire et étant donné que c'est le gouvernement qui a demandé, il fallait lever leur immunité pour faire plaisir au gouvernement. Et les camarades de la majorité ont suivi, bien que n'étant pas convaincus que ces camarades-là étaient en faute ».

Affaire politique ou non, il revient donc désormais à la justice béninoise de statuer sur le sort de ces trois députés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.