Congo: pour les autorités, la détention d'André Okombi n’est pas «arbitraire»

La détention d'André Okombi Salissa n'est pas arbitraire pour gouvernement congolais.
© Alex Potemkin/Getty images

« Non, la détention d'André Okombi Salissa n'est pas arbitraire. » Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais, Thierry Moungala, répond aux avocats de l'ex-candidat à la présidentielle placé en détention préventive depuis 18 mois pour « atteinte à la sûreté intérieure » et « détention illégale d'armes de guerre ». Avocats qui demandent la libération d'André Okombi Salissa suite à l'avis rendu par le groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l'homme de l'ONU qui stipule pourtant que sa détention est arbitraire.

Le gouvernement est en permanence en discussion avec le groupe du travail sur les détentions arbitraires.

Thierry Moungala, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais
27-07-2018 - Par Jeanne Richard

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.