RDC: l'opposition peut-elle présenter un candidat unique à la présidentielle?

Jean-Pierre Bemba a relancé l'idée d'une candidature unique de l'opposition à l'élection présidentielle en RDC.
© REUTERS/Francois Lenoir

L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba a relancé le débat sur une possible candidature unique de l’opposition à la présidentielle en insistant sur l'absolue nécessité de faire front commun pour permettre l'alternance dans le pays. Lundi 23 juillet, les cinq principales formations politiques de l'opposition (Dynamique de l'opposition, Ensemble pour le changement, le MLC, l'UDPS et l'UNC) avaient, pour la première fois et après plusieurs semaines de discussion, publié une déclaration commune dénonçant le déroulement du processus électoral – fichier électoral, machine à voter, mesures de décrispation. Aujourd'hui, les principaux leaders de l'opposition vont devoir payer 100 000 dollars chacun pour se porter candidat d'ici au 8 août, date de la fin du dépôt des dossiers pour la présidentielle. Que pensent-ils de l'appel lancé par Jean-Pierre Bemba ?

En 2011, l'opposition avait déjà tenté de faire l'unité derrière la candidature d'Etienne Tshisekedi. « Mais certains s'étaient désolidarisés, peut-être qu'une candidature du Cardinal Monsengwo, s'il était intéressé, mettrait tout le monde d'accord », suggère Martin Fayulu, premier candidat à la présidentielle déclaré en décembre 2015 et qui se dit « candidat à la candidature ».

Pour la plateforme Ensemble pour le changement, c'est « mettre la charrue avant les bœufs » que de parler déjà d’une candidature unique. « Attendons de voir qui pourra être candidat », estime son porte-parole, Olivier Kamitatu, alors que son candidat Moise Katumbi promet de rentrer depuis 2 ans, tout en restant sous le coup de procédures judiciaires.

Moise Katumbi qui avait déjà signé plusieurs accords avec d'autres leaders de l'opposition, notamment Felix Tshisekedi, candidat de l'UDPS. Celui des deux qui ne pourrait pas devenir candidat deviendrait automatiquement le Premier ministre de l'autre.

La libération de Jean-Pierre Bemba complique la donne. Felix Tshisekedi, lui, ne veut pas faire de commentaires. « On en reparle après la fin du dépôt des candidatures », écrit le président de l'UDPS. Quant à Vital Kamerhe, président de l'UNC, il ne voit « pas d'autres voies que celle-là » mais s’interroge : « Comment le choisir ? Pourquoi pas une primaire télévisée ? » Lui qui avait choisi de maintenir sa candidature en 2011 estime que le contexte a changé. « Cette fois, on y arrivera », prône-t-il.

Du côté du parti présidentiel, on assure ne pas croire en une candidature unique. « Il y a trop d'ego, trop de candidats déclarés, c'est déjà tard pour la candidature unique, qu'ils parlent plutôt de renonciation », s'amuse Patrick Nkanga, rapporteur du bureau politique du PPRD.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.