Republier
RDC

RDC: la Monusco sera-t-elle en mesure de soutenir le processus électoral?

Convoi de la Monsuco en RDC (illustration).
© cfr.org

La question a été évoquée jeudi 26 juillet au Conseil de sécurité. Et pour cause, pour soutenir le processus, l'Assemblée générale des Nations unies a voté en juin un budget de 80 millions de dollars pour aider la Monusco à financer quelque 150 postes d'experts et 30 avions et hélicoptères. Un soutien voté, des appels d'offres lancés, mais rien n'indique que la RDC va accepter l'aide logistique de la Monusco. Les autorités congolaises, le président Kabila en tête, ne cessent de répéter qu'elles financeront seules les élections, c'est une question de souveraineté. Le ministre de la Communication, Lambert Mendé, annonce que le gouvernement a déjà fourni sept avions gros porteurs et sept hélicoptères à la Céni. Mais que pour ce qui est de l'organisation des élections, la Céni est indépendante, c'est à elle de définir ses besoins et de décider si elle accepte ou refuse le soutien de la Monusco, rappelle le porte-parole du gouvernement congolais.

C'est Leila Zerrougui, la patronne de la Monusco, qui jeudi lors de la réunion du Conseil de sécurité a jeté un pavé dans la marre : « Dans l'intérêt d'une gestion responsable des ressources des Nations unies, nous aurons très bientôt besoin de clarifications de la part du conseil sur les suites à donner. Alors que le premier avion affrété par la Monusco devant soutenir le processus électoral s'est vu refuser mercredi l'accès au sol congolais ».

L'avion a fini par pouvoir atterrir vendredi, mais le problème demeure. Alors que la commission électorale avait sollicité le soutien de la Monusco en novembre dernier pour tenir les élections dans les délais, elle n'a toujours pas transmis les données nécessaires à la planification de cet appui logistique, laissant l'ONU dans l'expectative.

C'est ce que confirme Jonathan Cohen, ambassadeur adjoint des Etats-Unis auprès des Nations unies : « On attend du gouvernement congolais qu'il saisisse cette opportunité. Il est crucial que la Céni fournisse les informations détaillées nécessaires à la planification de ce soutien. Nous n'avons pas vu de preuves que la Céni est capable de les organiser sans.  Et la Monusco ne peut s'y mettre à la dernière minute. »

La réponse de la Céni est sans appel. « Le gouvernement dit qu'il finance seul les élections, toutes les demandes de soutien sont adressées au gouvernement, ni à la Monusco, ni à la Sadc, ni personne d'autre », assure un responsable de la commission électorale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.