Côte d’Ivoire: Pascal Affi N’Guessan tend la main au leader du PDCI

Le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan, pendant son discours au congrès de son parti, le 27 juillet 2018, au Palais des sports de Treichville à Abidjan.
© Sia KAMBOU / AFP

En Côte d'Ivoire, le 4e congrès du Front populaire ivoirien s'est achevé samedi 28 juillet. Sans surprise, Pascal Affi N'Guessan a été reconduit pour présider le parti de Laurent Gbagbo, toujours derrière les barreaux à la Cour pénale internationale. Et pour Pascal Affi N'Guessan, le cap à donner à ses militants est clair : remporter la présidentielle de 2020. Pour ce faire, il a une nouvelle fois tendu la main au leader du PDCI, Henri Konan Bédié, en crise ouverte avec son allié au pouvoir, le président Alassane Ouattara.

Des applaudissements soutenus au Palais des sports de Treichville à l'annonce des résultats du vote pour l'élection du président du FPI. L'unique candidat est le sortant Pascal Affi N'Guessan, reconduit avec près de 99% des 4 500 bulletins dépouillés. Dans un discours rassembleur, il réaffirme que le temps est venu pour le parti de se mettre en ordre de bataille pour la reconquête du pouvoir en 2020.

Si Pascal Affi N'Guessan appelle à la réconciliation nationale et à une réforme de la Commission électorale indépendante, la jugeant trop en faveur du pouvoir, il a de nouveau fait du pied au chef du PDCI Henri Konan Bédié, en conflit ouvert avec son allié, le parti présidentiel RDR :

« C’est une crise du partage du pouvoir, or le PDCI ne veut pas être éternellement à la remorque du RDR. Cela offre une opportunité de conclure une alliance puisque dans le jeu politique en Côte d’Ivoire aucun parti ne peut gagner seul, donc si le divorce est consommé entre le PDCI et le RDR c’est une occasion de conclure un nouveau mariage entre le PDCI et les autres partis politiques  de l’opposition. Et je crois que c’est ce qui est en cours. »

Des membres du PDCI étaient d'ailleurs présents au congrès et ont été copieusement applaudis. Mais le FPI devra d'abord faire face aux divisions internes qui minent le parti depuis la chute de son fondateur Laurent Gbagbo.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.