Republier
Zimbabwe

Zimbabwe: intimidations durant la campagne électorale

Des membres de la Zanu-PF lors du lancement officiel de la campagne électorale, le 4 mai 2018 à Harare, au Zimbabwe.
© Jekesai NJIKIZANA / AFP

Les Zimbabwéens votent aujourd'hui lundi 30 juillet. Ils sont appelés à élire leur président, députés, conseillers municipaux pour des scrutins historiques, les premiers depuis la chute de l'ex-président Robert Mugabe.

La campagne s'est achevée ce week-end et jusqu'à présent il n'y a pas eu d'incidents majeurs, contrairement aux précédentes élections -sous le régime Mugabe - qui avait été marquées par d'importantes violences.

La semaine dernière les Nations unies ont tout de même dénoncé des intimidations et des menaces de violences et de harcèlements d'électeurs appelant à un scrutin sans violences.

Pas de violences flagrantes, mais des cas d'intimidation, c'est en tout cas ce que rapportent les différents observateurs, notamment dans les zones rurales des provinces comme Mashonaland, Midlands, Manicaland encore fortement sous contrôle du parti au pouvoir la Zanu PF.

Pour Progress Sibanda, charger de sensibiliser les populations à voter, la pression est toujours là, même si elle est plus subtile : « C'est un problème dans les zones rurales ou par exemple il y a des distributions de nourriture qui sont faites en fonction de quel parti politique vous soutenez. Donc dans ces villages c'est très difficile de soutenir ouvertement l'opposition, car vous savez que vous ne recevrez pas d'aide alimentaire. Il y a toujours cet élément de peur. »

Certes le climat est plus apaisé que dans le passé, mais il y a encore des craintes de violences après les élections, comme le souligne Wellington, ce sympathisant de l'opposition à Harare.

« Pour l'instant ça va. C'est très différent par rapport à 2013. Mais on verra après les élections, car on ne sait pas ce qu'il peut se passer ; si le MDC gagne, ils ne l'accepteront pas. »

En effet l'opposition redoute la réaction des jeunes de la Zanu PF, responsables dans le passé de nombreuses exactions. Ils redoutent également de la réaction des militaires en cas de victoire du MDC.

L'armée n'a pas fait un coup d'Etat, souligne un analyste politique, pour se voir évincée du pouvoir lors d'un scrutin.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.