Burundi: inquiétude de l'opposition sur le sort des réfugiés en Tanzanie

Des réfugiés burundais attendent à l'entrée du camp de réfugiés de Nyarugusu, dans le nord de la Tanzanie, le 11 juin 2015 (photo d'archives).
© AFP PHOTO/STEPHANIE AGLIETTI

La plateforme de partis politiques d'opposition burundaise Cnared-giriteka interpelle les Nations unies sur le sort des réfugiés burundais en Tanzanie. Dans une lettre adressée lundi à la Haut-Commissaire adjointe du HCR, Kelly Clements, la plateforme s'inquiète du sort de ces réfugiés dans les camps de Ntuda, Mutendeli et Nyarugusu. Elle affirme que les réfugiés burundais subissent des pressions des autorités administratives tanzaniennes pour les obliger à quitter le pays.

Intimidations, harcèlement, emprisonnements arbitraires, d'après la plateforme d'opposition burundaise, le quotidien des réfugiés burundais en Tanzanie est devenu intenable.

« Ils ne peuvent plus faire aucune activité rémunératrice au niveau des camps alors que c'était permis avant, témoigne Jean Minani, président du Cnared et signataire de la lettre adressée au HCR. Ils sont arrêtés, tabassés... Certains responsables des réfugiés sont arrêtés et emprisonnés, à tel point que ça n'est plus vraiment facile de vivre dans ces camps. »

Pour le Cnared-giriteka, ces pressions des autorités administratives tanzaniennes ont un objectif : obliger les réfugiés burundais à s'inscrire sur les listes de rapatriement dit « volontaire » vers le Burundi. A Bujumbura, les autorités disent n'avoir aucune information sur ces cas d'expulsion forcée.

« Je n'ai aucune information sur votre question, déclare Thérence Ntahiraja, le porte-parole du ministre de l'Intérieur Pascal Barandagiye. Au moment où je vous parle, jusqu'à aujourd'hui, le processus de rapatriement de nos Burundais se déroule très normalement, surtout pour ceux qui se trouvent en République de Tanzanie, en République du Kenya et en RDC. »

La Tanzanie est le pays qui accueille le plus de réfugiés burundais sur le continent. D'après le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, au 30 juin 2018, ils étaient plus de 237 000.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.