Republier
Tchad

Tchad: le débat sur la laïcité rebondit

Au Tchad, les leaders chrétiens rejettent le serment confessionnel instauré par la nouvelle Constitution qui instaure la 4e République (photo d'illustration).
© AFP/Philippe Desmazes

Au Tchad, les leaders chrétiens rejettent le serment confessionnel instauré par la nouvelle Constitution qui instaure la 4e République. On se souvient des images de la ministre limogée en direct le 10 mai dernier pour avoir refusé de prêter serment. Ce week-end, des théologiens protestants ont organisé une conférence pour dénoncer un serment qu’ils estiment contraire à la laïcité et à la République.

Après la ministre Rosine Amane Djibergui, cinq hauts fonctionnaires de l’Inspection générale d’Etat, un service chargé d’auditer la gestion des fonds publics, ont été limogés pour avoir indiqué à leur hiérarchie qu’ils ne peuvent, en raison de leur foi chrétienne, jurer comme l’indique l’ordonnance instaurant le serment confessionnel.

Samedi, trois théologiens protestants ont démonté au cours d’une conférence-débat le principe du serment parce que contraire aux dispositions de la Constitution qui fait du Tchad un Etat laïc.

«  La formule de prestation de serment confessionnel sur les livres saints, la Bible et le Coran, porte atteinte aux principes constitutionnels qui sont, entre autres, la laïcité, l’unité nationale, la cohésion pacifique. », a affirmé le pasteur Abel Ngarsouledé, l’un des orateurs.

Les trois théologiens exhortent le gouvernement à revoir plutôt la gouvernance et renforcer les institutions. Utiliser le nom de Dieu pour espérer moraliser la vie publique est un aveu d’échec, a conclu le pasteur Abel Djerareou qui rappelle que c’est aussi à cause de leur implication dans des affaires de détournement et de corruption que les chrétiens tchadiens n’ont pu empêcher l’instauration de ces serments, qui est contraire aux prescriptions de la Bible.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.