Zimbabwe: la Zanu-PF assurée d'obtenir la majorité absolue à l’Assemblée

Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, arrive pour voter dans un bureau de Kwekwe pour les élections générales du 30 juillet 2018.
© REUTERS/Philimon Bulawayo

Au Zimbabwe, les premiers résultats des élections législatives de lundi commencent à arriver. Et c’est le parti au pouvoir, la Zanu-PF, qui l'emporte largement au premier tour. En revanche, il faut encore patienter pour les chiffres de la présidentielle et des conseillers municipaux.

Selon les derniers résultats partiels, publiés dans la nuit par la Commission électorale zimbabwéenne, la Zanu-PF garde le contrôle du Parlement. Elle obtient 109 sièges sur 210 contre 41 pour l'alliance de l’opposition. Il reste encore 58 circonscriptions dont les résultats n’ont pas été proclamés, mais même avec ces circonscriptions manquantes, le parti a déjà la majorité absolue.

Une fois que l’ensemble des résultats seront rendus publics, il serait intéressant de voir si le parti au pouvoir a perdu quelques sièges, notamment dans les zones rurales qui votent traditionnellement pour la Zanu-PF. Actuellement, l’ancienne force politique de Robert Mugabe a une très nette majorité, puisqu’elle contrôle déjà les deux tiers de l’Assemblée.

Du côté du MDC, c’est la déception qui domine. L’opposition est convaincue d’avoir gagné la majorité des votes, et persuadée que la Commission annonce les résultats au compte-gouttes afin de pouvoir les falsifier. D'ailleurs, il y a eu une petite manifestation en fin de matinée pour montrer ce désaccord. La Commission n’a encore donné aucun résultat, même provisoire, concernant le scrutin présidentiel. Elle a jusqu’à vendredi pour publier les premiers chiffres.

Ce matin, les différentes délégations d'observateurs dressent leur bilan de ces élections. Ils étaient 7 000 en tout, dont 1 000 étrangers, parmi eux, ceux de l'Union européenne. Ils ont salué les développements positifs dans le pays, il y en a tout de même, notant que la démocratie a effectué un important progrès. Exemple, le vote qui s’est passé dans le calme, c’est une première surprise sur les quinze dernières années, le scrutin qui était bien organisé, l’opposition qui a pu faire campagne dans tout le pays.

En revanche, l’Union européenne note tout de même de sérieux problèmes. Par exemple, l’intimidation. Devant les bureaux de vote, le jour du scrutin, par des responsables de la Zanu-PF ou par exemple la distribution d’aides alimentaires dans les villages juste avant le scrutin.

Il y a également une conférence de presse, de deux grosses organisations américaines menées par l’ex-présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf. Ces deux organisations appelaient la Commission électorale à annoncer le plus rapidement possible les résultats, disant « toute attente provoque la méfiance et alimente les tensions ». Ils ont également appelé les deux candidats de ne pas faire de déclarations hâtives qui pourraient provoquer des violences.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.