Djibouti s'inquiète de la détente entre l'Erythrée et ses voisins

(Photo d'illustration) Ismaïl Omar Guelleh, président de Djibouti.
© AFP PHOTO/Carl de Souza

Depuis la paix entre l'Erythrée et l'Ethiopie et après la visite historique du président somalien à Asmara, l'heure est à la détente dans la Corne de l'Afrique. Mogadiscio a même demandé à l'ONU de lever les sanctions internationales imposées contre l'Erythrée. Des propos qui ont outré Djibouti. Le pays, par l'intermédiaire de son ambassade à Mogadiscio, a envoyé un communiqué cinglant aux Somaliens en se disant « profondément choqué » par cette demande, alors qu'Asmara occupe toujours une partie du territoire djiboutien.

Coup de sang de l'ambassadeur de Djibouti à Mogadiscio. Aden Hassan Beleloo a jugé l'attitude somalienne inacceptable, ajoutant que son pays ne le tolèrerait pas.
Djibouti accuse l'Erythrée d'occuper une partie de son territoire – la zone de Ras Doumeira – et de détenir toujours 13 de ses soldats. L'ambassadeur a précisé qu'il n'y aurait pas de dialogue tant que son voisin ne retirait pas son armée et ne délivrait pas les prisonniers djiboutiens.

Asmara a aussitôt répondu. Nebil Said, conseiller de la mission érythréenne à l'ONU, a déclaré que son pays n'avait jamais occupé Djibouti et qu'il n'avait aucune revendication territoriale. Selon lui, tous les prisonniers ont été libérés en 2016 et il n'y en a pas d'autres.

Le pouvoir djiboutien « sur les nerfs »

Pour Adan Mohamed Abdou, l'attitude djiboutienne n'est pas la bonne. « C'est trop agressif. Le pouvoir n'a pas à donner de leçons car on pourrait croire qu'il est opposé à la paix dans la région. » Pour le leader de la branche historique du parti d'opposition ARD, « Djibouti est isolé sur le plan régional et le pouvoir est sur les nerfs ».

Une analyse partagée par un spécialiste de la région, pour qui ce coup de colère a aussi des origines économiques. Selon le chercheur, Djibouti n'a pas vu venir la détente entre l'Erythrée et l'Ethiopie. Djibouti bénéficiait de la crise en offrant un débouché maritime à Addis Abeba. Mais la paix risque de donner d'autres alternatives à l'Ethiopie et de pénaliser l'économie djiboutienne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.