Présidentielle au Mali: Soumaïla Cissé met en cause la crédibilité des résultats

Le chef de file de l'opposition, Soumaïla Cissé, le 1er août 2018 à Bamako, Mali.
© ISSOUF SANOGO / AFP

C’est la même affiche qu’il y a cinq ans au Mali : Ibrahim Boubacar Keïta contre Soumaïla Cissé. C’est le 12 août que les Maliens trancheront le second tour de la présidentielle. Et d’ici là, va venir le temps des tractations, des alliances, car l’écart est profond entre le président sortant et le chef de file de l’opposition. IBK recueille un peu plus de 42% des voix contre un peu moins de 18% pour Soumaïla Cissé. Il y a donc aussi 22 candidats malheureux et tous les électeurs à convaincre. Soumaïla Cissé a d’ailleurs réuni ses partisans ce vendredi matin à Bamako et il en a dit un peu plus sur la suite.

C’était un grand rendez-vous qu’a organisé Soumaïla Cissé avec un char, une scène et une impressionnante sono, mais une poignée seulement de militants : une petite centaine. Dans sa déclaration, Soumaïla Cissé a très rapidement remis en cause la crédibilité des résultats de ce premier tour. Il a parlé de fraudes, de manipulations, de bourrages d’urnes et d’autres irrégularités.

Ce vendredi matin, le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale a annoncé que les résultats cercle par cercle ne seront pas publiés. C’est pourtant une requête de l’opposition et des missions d’observations nationales et internationales.

Néanmoins, chaque candidat a reçu ses résultats par cercle. Une information qui a été confirmée par l'équipe de campagne d'Aliou Diallo, le troisième homme de ce premier tour.

Il y a certaines informations aujourd'hui comme notamment le nombre exact des électeurs dans ces bureaux de vote, le nombre de résultats selon les régions ou suivant même les bureaux de vote, qui avaient été demandés par l'opposition et qui permettrait certainement de mettre tous les acteurs d'accord.
Baba Dakono, chercheur à l’institut d’études de sécurité de Bamako (ISS)
04-08-2018 - Par Pierre Firtion

Recours

Les candidats infortunés n'ont pas l'intention d'en rester là. Chacun est entouré d'équipes juridiques qui planchent sur une éventuelle contestation des résultats par voie légale. Hier, Soumaïla Cissé, a appelé à la création d'un « front uni contre la fraude et l'impunité ».

« Nous n’abandonnerons pas et nous les aurons », a déclaré le finaliste de la présidentielle. A l’heure actuelle, il envisage une contestation juridique. Il a parlé ce vendredi matin de recours auprès de la Cour constitutionnelle. Il lui reste maintenant moins de 48 heures pour saisir la juridiction suprême.

Il faut d'abord prendre les enseignements de ce qui n'a pas marché. Il faut que nos éléments présents sur le terrain observent plus qu'il n'y ait plus de triche comme au premier tour.
Ambiance devant le QG de Soumaïla Cissé au lendemain des résultats du 1er tour
04-08-2018 - Par Gaëlle Laleix

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.