Republier
Comores

Les Comores toujours dans l'attente des résultats officiels du référendum

Opération de vote à Moroni, Comores, lors du référendum constitutionnel, le 30 juillet 2018.
© TONY KARUMBA / AFP

On est toujours en attente aux Comores de la proclamation des résultats définitifs du référendum constitutionnel qui s'est tenu le 30 juillet dernier. La Céni a déjà annoncé que 92,74% des suffrages exprimés étaient en faveur du « oui » au changement de Constitution. La nouvelle loi prévoit notamment la suppression des postes de vice-présidents et de la Cour constitutionnelle, des institutions jugées budgétivores ou dysfonctionnelles. Mohamed Ali Soilihi, ancien vice-président et adversaire du président Azali au second tour de l'élection présidentielle de 2016, a occupé le poste de ministre des Finances durant 11 ans. Aujourd'hui membre de l'union de l'opposition, il fait une lecture bien différente de la situation.

« C'est une question de gestion. Si le gouvernement dit à la Cour constitutionnelle, "le fonctionnement aura un budget de telle hauteur", c'est le gouvernement qui détermine les coûts. Il y a des endroits où on peut faire des économies : les voyages qui coûtent excessivement cher, 100 000 à 120 000 € par voyage d'un chef d'Etat... Pourquoi est-ce qu'un chef d'Etat peut aller à toutes les réunions internationales si on a des vice-présidents ? La loi organique, qui parlait de la gestion de ces vice-présidents, avait prévu certains domaines de compétences partagées entre le président et les vice-présidents, qu'on appelle des domaines de co-signatures. Les institutions sont faites pour qu'il y ait ce système de pouvoir et de contre-pouvoir. Mais, en l'occurrence, c'est le président de la République qui a désigné et qui désigne tous les membres de la Cour suprême. Alors pourquoi ils n'écouteraient pas les ordres du président de la République ? Le président brandit toutes les armes pour dire "je n'ai pas à partager mon pouvoir". Ces disparitions appellent à une instabilité permanente ».


Me Saïd Larifou, porte-parole de la mouvance présidentielle, dénonce pour sa part des termes décalés et rappelle que ce reférundum visait à répondre aux préoccupations des Comoriens, telles qu'exprimées lors des Assises en début d'année.

C'est un faux débat, ils ont oublié qu'il s'agit d'une élection référendaire...
Me Saïd Larifou
05-08-2018 - Par Bineta Diagne

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.