Republier
Comores

Comores: le résultat du référendum n'apaise pas les tensions

L'entrée de la Cour constitutionnelle, à Moroni, avril 2016.
© IBRAHIM YOUSSOUF / AFP

Aux Comores, les résultats définitifs du référendum constitutionnel du 30 juillet dernier ont été proclamés lundi 6 août par la Cour suprême désormais en charge des pouvoirs de la Cour constitutionnelle. Ils confirment à 0,40% près les résultats communiqués par la Céni. C’est une victoire écrasante du « oui » au changement de Constitution à 92,34% des suffrages exprimés. Les tensions suscitées par cette consultation ne retombent pas pour autant, bien au contraire.

Les Comoriens sont favorables au changement de Constitution à 92,34%. Cela ne modifie que très sensiblement les résultats initiaux proclamés par la Céni. Le taux de participation définitif de 62,71% est très discuté puisqu’il « n’a pas de sens » selon les observateurs de l’EASF (Eastern Africa Standby Force), la force en attente de la région Afrique de l’Est.

Présents lors du référendum, ils n’avaient constaté qu’une très faible affluence dans les bureaux de vote. L’opposition crie également à la « mascarade » mais trois de ses cadres sont mis en cause dans l’agression sanglante d’un militaire le jour du scrutin. Ils ont été entendus lundi à huis clos, au tribunal de Moroni.

Une journaliste a aussi été publiquement indexée par les autorités pour être « arrivée trop rapidement » sur le lieu de l’agression, ce qui contribue au climat délétère général.

Néanmoins, les résultats ont été entérinés par la Cour suprême, en présence de l’ambassadeur d’Arabie saoudite. Seul membre du corps diplomatique accrédité aux Comores à avoir été invité à assister à la proclamation des résultats, il représente le seul pays ami des Comores à soutenir ouvertement le président Azali Assoumani dans ce processus.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.