Zimbabwe: l'opposant Tendai Biti arrêté à la frontière zambienne

L'opposant zimbabwéen Tendai Biti, ancien ministre des Finances, à Hararé, le 7 septembre 2016.
© REUTERS/Philimon Bulawayo

Incertitudes sur le sort d'un des ténors de l'opposition au Zimbabwe. Tendai Biti a été interpellé, ce mercredi 8 août, par la police à la frontière zambienne. Selon son avocat, il venait de déposer une demande d'asile auprès des services de l'immigration de Zambie. Il se sentait menacé.

Tendai Biti aurait finalement pu entrer en Zambie. C'est en tout cas ce qu'affirme le directeur de l'ONG Human Rights Watch pour l'Afrique du Sud, Dewa Mavhinga, sur les réseaux sociaux. D'après le site d'information ZimLive, Tendai Biti serait même en route vers Lusaka, la capitale zambienne pour y poursuivre sa demande d'asile. L'information reste toutefois encore à confirmer.

Tendai Biti se cachait depuis la semaine dernière. Il est membre de la grande coalition d'opposition, le MDC. Selon le parti, depuis une semaine, des militants et leur famille ont été frappés voire enlevés par les forces de l'ordre. Human Rights Watch confirme de « nombreux cas » de violences de la part des militaires. L'Union européenne, les Etats-Unis, le Canada et la Suisse dénoncent ces « attaques et actes d'intimidation contre l'opposition ».

Mardi 7 août, le journal d'Etat Chronicle avait publié une liste de neuf noms recherchés par la police pour « participation à un rassemblement avec l'intention de promouvoir la violence publique ». Tendai Biti est sur cette liste. Ce sont en fait les suites de la manifestation de l'opposition de mercredi dernier, à Hararé, la capitale. Le 1er août, les forces de l'ordre avaient ouvert le feu. Six personnes avaient été tuées.

Pour rappel, Emerson Mnangagwa a remporté le scrutin au premier tour avec 50,8% des voix. L'opposition va contester en justice. « Nous n'avons pas peur », annonce son avocat ce matin. Il a jusqu'à ce vendredi pour déposer un recours auprès de la Cour constitutionnelle du Zimbabwe.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.