Kenya: pas de compensations financières pour les combattants Mau Mau

Des membres de l'association des vétérans Mau Mau lors de l'inauguration du mémorial dédié aux milliers de combattants morts, torturés et emprisonnés. Nairobi, le 12 septembre 2015.
© SIMON MAINA / AFP

Au Kenya, 41 000 anciens combattants Mau Mau n’auront aucune compensation. Cette révolte était apparue pendant les années 1950 contre l’oppression des colons britanniques. Le soulèvement avait entraîné une terrible répression faisant entre 25 000 et 300 000 morts selon les historiens. 41 000 vétérans ou leurs proches avaient lancé une procédure pour obtenir des compensations financières. Mais les magistrats britanniques viennent de décider qu’ils n’auraient rien.

Meurtre, torture, viol, travail forcé, la répression du gouvernement britannique avait été terrible contre la révolte des Mau Mau. Et plus de 50 ans après, les victimes ou leurs descendants demandent toujours réparation.

Mais la Haute Cour de justice en a décidé autrement. « Nous sommes déçus. Beaucoup de gens qui ont souffert n’ont toujours rien eu. Ce verdict devait participer à la guérison », a réagi Wambugu Githaiga, secrétaire général du Mau Mau Governing Council et fils d’ancien combattant.

Le juge a estimé qu’il s’était passé trop de temps entre les atrocités et le procès. Une justification que Wambugu Githaiga n’entend pas. Il cite le cas de 5 228 Kényans, pour la plupart des vétérans, qui en 2013 avaient obtenu près de 30 millions de dollars de compensation. « A l’époque, on n’avait jamais parlé de procédure tardive. Pourquoi 5 ans plus tard on nous sort cet argument ? » s’interroge le secrétaire général.

Cette seconde procédure avait toutefois des détracteurs, car la victoire judiciaire de 2013 avait fait sortir du bois de nombreux opportunistes, attirés par la manne financière, mais sans aucun lien avec les Mau Mau.

Qu’à cela ne tienne. Wambugu Githaiga assure que le combat va continuer et qu’il étudiera avec les avocats la possibilité d’un appel.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.