Présidentielle au Mali: le désintérêt des électeurs pour le second tour

Des agents électoraux comptent les bulletins dans un bureau de vote à Bamako, le 29 juillet 2018, au soir du premier tour de l'élection présidentielle.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Au Mali, le second tour de l'élection présidentielle se joue dimanche 12 aout entre lbrahim Boubacar Keita, l'actuel président, et Soumaïla Cissé, le chef de file de l'opposition, comme il y a cinq ans. Et nombreux sont les électeurs qui vont s’abstenir. Déjà au premier tour, moins de la moitié de la population est allée voter. Dans un pays en proie aux groupes armés terroristes au nord et au centre, les enjeux sont pourtant nombreux.

Au siège de Bendere, une plateforme d'expression en ligne, quatre blogueurs s'installent pour la réunion. Autour de la table, Issouf votait pour la première fois le 29 juillet. Mais pour le 2e tour, il restera chez lui. A ses yeux, « ça sert à rien d’aller voter, parce qu’on a à faire à un groupe de personnes qui ont une sorte de droit de veto. Ils font ce qu’ils veulent ». Pour lui, il faudrait que « quand on organise une élection, qu’elle soit faite de façon crédible ».

A la sortie d'un meeting, Mohamed ne cache pas sa déception. Il estime que sa génération n'est pas représentée par la classe politique, alors même qu’il y a « 65 % de jeunes dans ce pays », ce qui en fait « les faiseurs de rois ». « On a besoin d’une alternance, les vieux de 75 ans ne doivent plus nous diriger », affirme-t-il.

Selon le professeur à l'université de Bamako Issa Ndiaye, ce second tour est sans enjeu pour les Maliens : « D’une manière générale, les partis politiques ont peu de militants, la vie est chère, les gens cherchent à vivre, la politique politicienne ne les intéresse pas. Ceux qui sont allés voter sont d’ailleurs ceux qu’on a réussi à acheter en raison de leur misère. Je pense que tous les camps ont acheté des gens. C’est ce qui explique la faible mobilisation des populations ».

Lors de la dernière élection présidentielle, le taux de participation s'élevait à 49 %. Cette année pour le premier tour, il a baissé de 6 points.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.