Soudan du Sud: le président Salva Kiir amnistie Riek Machar et des groupes armés

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir (d) serre la main à son rival Riek Machar.
© SUMY SADURNI / AFP

Le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, a amnistié son principal opposant Riek Machar, ainsi que les autres groupes armés. Une déclaration qui arrive alors que le gouvernement et l’opposition ont signé un accord de partage du pouvoir et que les négociations sont toujours en cours.

« Une amnistie générale pour le leader du SPLM-IO Riek Machar et les autres groupes qui ont fait la guerre contre le gouvernement depuis 2013. » L’annonce a été faite mercredi 8 août au soir sur les médias d’Etat.

La nouvelle a fait bondir certains défenseurs des droits de l’homme qui accusent le chef de l’Etat d’accorder l’impunité à des criminels ayant commis des atrocités contre les civils.

Fin 2016, Salva Kiir avait refusé d’accorder un pardon officiel à Riek Machar, à moins que le chef rebelle ne dénonce la violence. Après le compromis sur le partage du pouvoir signé dimanche, ce pardon est finalement arrivé.

Vers un nouvel accord de paix

Ce geste de bonne volonté du chef de l’Etat pourrait être un coup politique alors que les négociations sont toujours en cours. Les deux camps doivent se retrouver à une date incertaine pour signer un nouvel accord de paix global. Or le dialogue bute, notamment sur l’extension du système fédéral.

Le pouvoir souhaite voir le Soudan du Sud passer à 32 Etats, ce que l’opposition refuse. Certains soupçonnent Salva Kiir de vouloir ainsi récompenser des proches avec des postes fédéraux, mais aussi de chercher à remodeler le découpage du pays au profit des Dinkas, son groupe ethnique.

Des réunions entre les ministres de l’Igad, l’organisation régionale, mais aussi des séances restreintes doivent se pencher sur la question. Des experts kényans doivent également venir à Juba pour participer au dialogue.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.