Republier
RCA Seleka

RCA: trois groupes d’ex-Seleka annoncent une alliance au nom de la paix

Des soldats de l'ex-Séléka en patrouille, près de Bambari, en mai 2015 (photo d'illustration).
© AFP PHOTO / PACOME PABANDJI

En Centrafrique, les dirigeants des trois principaux groupes politico-militaires issus de la Seleka ont conjointement signé un communiqué où ils déclarent tous avoir mis fin aux divergences qui les opposaient. Ils disent vouloir être à présent dans la lutte politique pour ramener la paix dans le pays.

C’est à l’initiative du CNDS d’Abdoulaye Hisseine que se sont rencontrés le 5 août dernier le FPRC, la branche de l'ex-seleka dirigée par Nourredine Adam, le MPC du « général » Mahamat Al Khatim et l’UPC d’Ali Darass, qui affirme défendre les intérêts des éleveurs peuls. La rencontre s’est tenue au fief du MPC à Moyenne-Sido, dans le nord de la Centrafrique.

« Nous avons évacué toutes nos divergences et avons décidé de nous unir main dans la main pour lutter contre le banditisme dans la zone de la transhumance et dans toutes nos zones respectives », indique le communiqué signé par les trois groupes armés.

Le texte annonce également la mise en place d’une commission commune qui sera chargée de régler de manière pacifique tout différend entre les commerçants et les éleveurs.

Toujours selon le communiqué, une force mixte a également été mise en place. Elle sera, elle, chargée de sécuriser les couloirs de transhumance entre les trois parties. Mais ce n’est pas la première fois que ces ex-Seleka se mettent ensemble au nom de la paix. Fin 2017 déjà, deux de ces groupes avaient signé un accord de cessez-le-feu qui n’avait jamais abouti.

Nous aurions souhaité que ces discussions là soient mises de côté pour être mises sur la table pendant le dialogue. Sinon cela peut donner l’impression d’un groupe de gens qui vont s’entendre officiellement sur quelque chose mais qui, peut-être, en préparent une autre. [...]Surtout nous ne voudrions pas que cela repousse les perspectives de paix. Et quand deux parties vont en discussions, il est toujours préférable de mettre de côté tout ce qui peut créer la méfiance
Ange Maxime Kazagui, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement réagit à cette annonce
11-08-2018 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.