Jeunes morts dans un commissariat: deux écrivains congolais interpellent Sassou

Gabriel Okoundji, poète congolais, devenu Bordelais depuis longtemps.
© Wikipedia

Au Congo-Brazzaville, les écrivains Emmanuel Dongala et Gabriel Okoundji interpellent le président Denis Sassou Nguesso à quelques heures de son message à la nation congolaise ce soir à 20h heure locale, à l'occasion de la fête nationale du pays demain. Ils souhaitent qu'il fasse la lumière sur la mort de 13 jeunes congolais dans la nuit du 22 au 23 juillet, dans des circonstances non élucidées, dans un commissariat de police de Brazzaville. Pour Gabriel Okoundji, cette « lettre ouverte n'est ni une provocation, ni une accusation » mais une exigence de vérité sur un drame qui a profondément endeuillé le Congo.

Nous demandons simplement au président, dans son allocution, de rassurer le peuple congolais face à ce drame.

L'écrivain congolais Gabriel Okoundji interpelle le président Denis Sassou Nguesso après la mort de 13 jeunes dans le commissariat de Chaconat
14-08-2018 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.