Machine à voter, fichier électoral: l'opposition congolaise précise sa position

Vital Kamerhe, président de l'Union pour la nation congolaise (UNC), le 21 décembre 2016.
© REUTERS/Thomas Mukoya

En République démocratique du Congo (RDC), six candidats à la présidentielle considérés comme les poids lourds de l'opposition ont fait une déclaration commune lundi 13 août au soir à Kinshasa, la capitale. Ils ont appelé à une candidature unique et exigé le retour au pays de Moïse Katumbi Chapwe, dont la nationalité italienne pose problème à sa candidature alors qu'il s'est déclaré pour la présidentielle du 23 décembre prochain.

Dans leur déclaration du 13 août, les six candidats d'opposition à la présidentielle congolaise appellent le pouvoir à respecter intégralement l'accord de la Saint-Sylvestre. Ils ont également listé une série d'exigences, dont le retrait de la machine à voter mais aussi le nettoyage du fichier électoral.

Ces exigences remettent-elles en cause la participation de l'opposition congolaise à la présidentielle du 23 décembre ? « Nous voulons préciser qu’il ne s’agit pas de blocage, répond Vital Kamerhe, candidat à la présidentielle pour l'Union pour la nation congolaise (UNC). Nous sommes dans une démarche constructive. Nous avons identifié avec toutes les parties prenantes, y compris la Céni [Commission électorale nationale indépendante] qu'il y a des problèmes en ce qui concerne la machine à voter, notamment en ce qui concerne le temps que chaque électeur passe devant cette machine ».

« Nous avons parlé aussi du fichier électoral, poursuit Vital Kamerhe. La Céni, comme nous, a reconnu qu’il y avait des personnes sans empreintes digitales, même si le chiffre est différent, la Céni parle de 6 millions. Nous, nous parlons de 10 millions mais n’empêche que 6 millions, cela fait 15% d’électeurs. Donc, nous avons des propositions concrètes à faire pour qu’avec la Céni, nous puissions trouver la solution qui arrange tout le monde. C'est une affaire de consensus, l’opposition n’entend pas imposer sa position ».

Le retour de Katumbi compromis ?

De son côté, la Majorité présidentielle a répliqué à l'opposition qui a également appelé dans sa déclaration le gouvernement à laisser le candidat Moïse Katumbi Chapwe rentrer en RDC. Selon l'ambassadeur Alain André Atundu, porte-parole du parti au pouvoir, la nationalité de l'opposant pose problème. « Il est normal que les autorités nationales ne cautionnent pas la rocambolesque volonté d’une personne décidée à défier les autorités nationales compétentes et les lois internationales en matière d’entrée dans le territoire d’un Etat souverain », a-t-il déclaré.

« A ce propos, la première condition d’immigration est d’avoir une identité juridique certaine, non-sujette à caution ou controversée, précise-t-il. Dans le cas d’espèce, monsieur Moïse Katumbi a une identité confuse du fait d’avoir renoncé à la nationalité italienne sans avoir fait une quelconque démarche de recouvrement de la nationalité congolaise auprès du gouvernement, autorité compétente en la matière. S’agissant d’une personne présumée détentrice d’une nationalité étrangère, son cas relève de la souveraineté d’un Etat ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.