Sénégal: «Save Dakar», collectif citoyen contre la dégradation de la capitale

Une vue panoramique de Dakar, la capitale du Sénégal.
© Wikimedia Commons/Initsogan

Fait-il encore bon vivre dans la capitale sénégalaise ? Pour le collectif « Save Dakar », la réponse est non. Explosion démographique, saleté, embouteillages, désordre permanent : autant de maux qui minent le quotidien des habitants et sapent la réputation de la ville. « Save Dakar », une initiative citoyenne née sur les réseaux sociaux, a fait de la lutte contre l'incivisme dans la ville son cheval de bataille.

Rokaya Seck prend en photo un troupeau de moutons sur le trottoir en plein centre-ville. Cette scène semble banale pour beaucoup de Dakarois, mais pas pour la jeune femme, lassée de l'anarchie et du patrimoine qui se dégrade. « Je suis en bas de chez moi, au milieu des moutons, se plaint-elle. Il y a une bergerie qui s'est installée. On ne peut même pas passer. Il y a beaucoup de saleté et ça pue ».

Son coup de colère, elle le partage sur le compte Twitter de « Save Dakar », un collectif citoyen qui lutte contre l'incivisme dans la capitale sénégalaise. A l'origine du projet, le photographe Mandione Laye, nostalgique du Dakar de son père, à la fin des années 1960. « Tout était en ordre, sur le plan urbain, sur le plan de la salubrité, raconte-t-il. Au fil des années, on remarque que c'est une ville en décrépitude ».

L'enfer de la circulation, la saleté, l'occupation illégale des rues : rien n'échappe à l'oeil aiguisé de Mandione Laye. Il veut sensibiliser, faire réagir les responsables. Et ça marche. « Sur cette photo il y a un lampadaire qui a failli tomber sur les citoyens, montre-t-il. On l'a postée sur Twitter, il y avait tellement de retweets que les agents de la Senelec [Société nationale d'électricité du Sénégal] eux-mêmes nous ont contacté pour qu'ils puissent régler le problème ».

« Save Dakar » compte désormais lancer une application mobile dédiée aux Dakarois pour dénoncer tous les tracas du quotidien comme les débordements d'égouts ou un accident qui bouche la voie publique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.