Djibouti et la Somalie mettent fin à leur brouille diplomatique

Le président somalien Mohamed Farmajo s'est rendu à Djibouti pour rencontrer son homologue Ismaïl Omar Guelleh, le 16 août 2018.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

La brouille entre Djibouti et la Somalie semble passée. Le président somalien Mohamed Farmajo était jeudi 16 août à Djibouti où il a rencontré son homologue Ismaïl Omar Guelleh. Les deux pays n'ont fait que vanter leurs liens d'amitié et leur bonne entente. Pourtant avant cette journée, le contexte était tendu entre les deux pays. Djibouti avait jugé inacceptable la demande somalienne de levée des sanctions internationale contre l'Erythrée, alors que Djibouti et Asmara ont encore un conflit frontalier en cours.

Somaliens et Djiboutiens avaient à cœur de recoller les morceaux. Le président Farmajo devait notamment se faire pardonner pour avoir soutenu l'ennemi érythréen. « Contrairement à la tradition, il n'était même pas allé à Djibouti après son élection », indique Sonia Le Gouriellec, spécialiste de la Corne de l'Afrique.

Pour rajouter du poids dans la balance, Djibouti avait aussi rappelé à son voisin, le déploiement de soldats sur son territoire pour aider les Somaliens à combattre le terrorisme. Mais Djibouti ne pouvait pas non plus aggraver son isolement. En effet, le petit Etat côtier se trouve dans une situation complexe. La paix entre l’Erythrée et l’Ethiopie menace sa prospérité économique et l'utilisation de ses infrastructures portuaires.

Par ailleurs, les relations entre la Somalie et l’Erythrée ne cessent de se réchauffer. Le ministre érythréen des Affaires étrangères vient par exemple de passer trois jours à Mogadiscio. « Djibouti est à la traîne sur tous les dossiers », indique Sonia Le Gouriellec qui pointe une autre menace : celle des Emirats.

Djibouti connaît un violent bras de fer avec Dubaï, notamment depuis que le pays a expulsé l'entreprise émiratie DP World de son port de Doraleh.

« Beaucoup pensent que Dubaï veut faire sauter le régime djiboutien. L'affaire est devenue personnelle », explique Sonia Le Gouriellec. Les Emiratis gèrent désormais le port concurrent de Berbera, au Somaliland, ils veulent construire un oléoduc entre l'Ethiopie et l'Erythrée. Bref, Djibouti s'affaiblit et ne pouvait pas s'offrir le luxe d'une brouille avec le voisin somalien.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.