Soudan et Ethiopie s'engagent à nouveau à retirer leurs troupes à la frontière

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed aux côtés du président soudanais Omar el-Béchir, lors de sa visite à Khartoum le 2 mai 2018.
© ASHRAF SHAZLY / AFP

Depuis plus d'un siècle, les tensions sont récurrentes à la frontière entre le Soudan et l'Ethiopie. Jeudi 16 août, les deux pays ont signé un nouvel accord prévoyant le retrait de leurs troupes respectives afin d'apaiser les tensions. Ce compromis fait suite à de nouvelles violences en juin dernier.

Depuis le tracé décidé par les anciens colonisateurs italiens et britanniques au début du 20e siècle, les violences sont régulières des deux côtés de la frontière. La zone fertile d'Al-Fashaqa, où coulent plusieurs rivières, est très convoitée par fermiers et éleveurs.

Depuis plusieurs années, les Soudanais accusent les Ethiopiens d'occuper ce secteur de 250 km2. Les groupes rebelles éthiopiens basés en Erythrée, l'utilisent aussi pour faire des incursions. Enfin la région sert de passage aux migrants en route pour la Libye et l'Egypte.

En juin, de nouveaux affrontements ont éclaté. Les armées soudanaise et éthiopienne auraient même échangé des coups de feu. Le nouveau Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a alors écrit au président soudanais Omar el-Béchir pour tenter une nouvelle fois de régler le litige.

Après plusieurs réunions de haut niveau, les deux pays se sont mis d'accord pour retirer leurs troupes respectives de la frontière, créer un mécanisme d'alerte en cas de tension et enfin former, puis déployer d'ici décembre une force militaire conjointe.

Les détails de la mise en œuvre doivent être signés en octobre. Il est prévu aussi d'accélérer les travaux concernant la démarcation de la frontière. C'est là que le bât blesse, car des accords ont pourtant déjà été signés dans le passé, notamment en 2015, mais ils n’ont jamais été appliqués. A l'époque, voyant le tracé adopté, les Ethiopiens avaient accusé leur gouvernement d'abandonner son territoire aux Soudanais.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.