Republier
Togo

Elections au Togo: la Céni publie son chronogramme

Des membres de la Céni transportant des urnes à Lomé lors des élections d'octobre 2007. (Photo d'illustration)
© AFP PHOTO / EMILE KOUTON

Au Togo, le chronogramme de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) est désormais connu. La feuille de route, dressée par la Cédéao pour une sortie de crise au Togo, prévoit des élections législatives le 20 décembre prochain. La Céni, quoique contestée dans sa composition actuelle, continue de préparer le processus électoral. Elle a rendu, dimanche 19 août, le chronogramme de ses activités d'ici l'organisation des élections législatives.

Sur le chronogramme rendu public dimanche soir par la Commission électorale nationale indépendante, on note quatre activités principales qu'elle devra effectuer pour préparer les prochaines élections législatives.

Le Togo est subdivisé en deux zones de recensement dans lesquelles les opérations de recensement sont prévues respectivement les 8 et 14 octobre. Un mois plus tard, une première liste provisoire sera éditée et la Céni procédera alors au traitement des contentieux et enlèvera les doublons.

Les listes électorales définitives seront éditées le 1er décembre et la campagne électorale débutera dès le 4 décembre, selon ce programme d'activités pour les législatives.

L'opposition n'adhère pas au programme

Ce chronogramme n'a pas l'avis de la coalition de l'opposition. En effet, l'opposition parlementaire refuse d'envoyer ses membres rejoindre leurs sièges prévus au sein de la Commission électorale nationale indépendante.

L'Alliance nationale pour le changement vient d'ailleurs d'envoyer un courrier au président de la Céni lui demandant d'arrêter ses travaux, jusqu'à la mise en place d'une Céni inclusive et crédible pour l'organisation des prochaines échéances électorales.

« La Céni, telle qu’elle est aujourd’hui, il y a des gens qui occupent des postes qui ne sont pas les leurs, estime Isabelle Améganvie, vice-président de l'Alliance nationale pour le changement. A partir de ce moment-là, nous attendons une recomposition de la Céni, à moins qu’on veuille encore une fois organiser des élections frauduleuses, comme d’habitude. »

Pour le pouvoir, la Céni est légitime

Mais le gouvernement estime pour sa part que les membres de la Céni sont légitimes pour faire leur travail. « La Céni compte 17 membres et il y en a 13 qui siègent, résume Payadowa Boukpessi, ministre de l'Administration territoriale. Je conviens qu’elle n’est pas au complet, mais elle est largement majoritaire pour faire le travail qu’il faut. Je crois que personne ne peut douter de la qualité et de la légitimité de cette Céni dont 13 sont déjà en poste. Donc reste 4 places qui ne sont pas encore prises. Et nous avons tout essayé pour dire à l’opposition de venir prendre ses places. »

Plusieurs sources à Lomé annoncent l'arrivée imminente du comité de suivi composé des représentants des facilitateurs ghanéen et guinéen et de la commission de la Cédéao à Lomé dans les jours à venir. Seul ce comité pourra faire bouger les positions pour évoluer.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.