Ouganda: Museveni condamne les violences après l'arrestation de Bobi Wine

Bobi Wine fait signe à ces supporters qu'il est temps. Le slogan de sa campagne, «sawa». Le 11 juillet 2017.
© RFI / Charlotte Cosset

Le président ougandais Yoweri Museveni contre-attaque après la manifestation de l’opposition du 20 août dans les rues de la capitale, Kampala. Plusieurs centaines de personnes ont défilé pour demander la libération d’un député de l’opposition, Bobi Wine, incarcéré depuis une semaine pour possession illégale d’armes à feu. La manifestation de lundi a été réprimée par les forces de l’ordre qui ont bouclé le centre-ville et tiré à balles réelles pour disperser les manifestants.

Dans un communiqué publié ce 20 août au soir, le président ougandais Yoweri Museveni rejette toute responsabilité dans les violences de ces derniers jours à Kampala, la capitale, sur les militants de l’opposition proche du chanteur et député Robert Kyagulanyi Ssentamu, plus connu sous le nom de Bobi Wine, et non sur l’armée.

Le chef de l’Etat revient sur l’incident qui a causé l’arrestation du député la semaine dernière dans la ville d’Arua, dans le nord-ouest du pays, où ses militants ont lancé des pierres sur le convoi présidentiel et s’en sont pris à un candidats du parti au pouvoir.

Torture

Yoweri Museveni condamne l’indiscipline de ces militants, qu'il qualifie d'« émeutiers » et qui vont selon lui jusqu’à attaquer femmes et enfants. Il ajoute que si l’armée n’était pas intervenue à Arua, de nombreux Ougandais auraient été tués, car les partisans de Bobi Wine étaient armés de pierre, de couteaux et peut-être même d’armes à feu.

La violence, les menaces et les tentatives d'intimidation ne seront pas tolérées lors des élections, écrit le chef de l'Etat ougandais sur Twitter :

Le chef de l’Etat nie également que le député ait été torturé lors de sa détention. Pourtant, quand il a comparu devant un tribunal militaire la semaine dernière, il tenait à peine debout, selon son avocat. Bobi Wine se trouve toujours en détention et doit comparaître ce 23 août devant un tribunal militaire pour possession illégale d’armes à feu.

Depuis son élection à l’Assemblée nationale, l’année dernière, Bobi Wine s’est imposé comme le porte-parole des jeunes et un détracteur virulent du chef de l'Etat qui, après trente ans au pouvoir, fait face à une contestation grandissante.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.