Tanzanie: l'ONG IRRI dénonce des pressions pour le retour des réfugiés burundais

Des réfugiés burundais de retour de Tanzanie, dans un camp de transit en novembre 2012, espèrent être réinstallés à Musenyi, dans le sud du Burundi.
© AFP/TONY KARUMBA

Après trois ans de crise politique au Burundi, la Tanzanie est devenue le pays d'Afrique qui abrite la grande majorité des quelque 400 000 réfugiés burundais en exil. Les autres se répartissent entre la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et l'Ouganda. L'ONG International Refugee Rights Initiative (IRRI) dénonce les pressions exercées notamment par le pouvoir tanzanien sur ces réfugiés burundais pour qu'ils s'inscrivent sur les listes de retour vers leur pays d'origine. L'un de ses responsables, Thijs Van Laer, dénonce les restrictions mises en place par les autorités pour limiter l'activité économique, qui s'ajoutent à d'autres mesures.

Quand des réfugiés burundais sont attrapés en-dehors des camps, ils sont arrêtés et souvent battus par des agents tanzaniens.

Tanzanie: Thijs Van Laer, de l'ONG IRRI, dénonce des pressions sur les réfugiés burundais pour qu'ils rentrent chez eux
22-08-2018 - Par Esdras Ndikumana

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.