La Côte d'Ivoire et le Ghana main dans la main pour sauver le cacao d’un virus

Le swollen shoot ravage les plantations de cacao en Côte d'Ivoire (photo), mais aussi au Ghana.
© AFP/ SIA KAMBOU

Les deux voisins ouest-africains, qui représentent 60 % de la production mondiale de cacao, viennent de lancer leur plan de lutte contre le swollen shoot. Il s'agit d'un virus, frappant uniquement en Afrique de l'Ouest, qui attaque les cacaoyers et décime les plantations. Rien qu'en Côte d'Ivoire, environ 300 000 hectares ont été atteints par la maladie. Seul remède : arracher les plants infectés.

Pour montrer leur plein engagement dans le combat contre le swollen shoot, les deux géants du cacao ont décidé de se retrousser les manches et montrer les muscles.

En fin de semaine dernière, les dirigeants du Conseil café-cacao ivoirien et du Ghana cocoa board se sont rendus ensemble dans les plantations à leur frontière commune, pour lancer les opérations d'arrachage des cacaoyers.

Ce plan de lutte est le premier d'envergure en Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de l'or brun. Sur les 15 % de surfaces de plantations contaminées par le virus, le pays prévoit d'arracher 100 000 hectares de plantations sur les trois prochaines années.

Le swollen shoot, tristement surnommé « le sida du cacao », n'a pas de remède. Seul l'arrachage des plants permet de s'en débarrasser.

Dans la guerre d'éradication de la maladie, Côte d'Ivoire et Ghana ont décroché plus de 515 millions d'euros de la Banque africaine de développement. Une enveloppe qui va surtout permettre d'indemniser les paysans à hauteur de 76 euros par hectare arraché.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.