[Reportage 2/3] RCA: à Paoua, huit mois après, des déplacés encore traumatisés

A Bemal, les habitants tentent de reprendre le cours de leur vie, le 22 août 2018.
© RFI / Charlotte Cosset

En République centrafricaine, dans la région de Paoua, de violents affrontements entre groupes armés ont déplacé plus de 70 000 personnes en décembre 2017. Aujourd'hui, depuis que la Minusca, la Mission des Nations unies sur place, a mis en place des bases temporaires sur les axes routiers, un calme relatif est revenu dans la zone et la majorité des populations, désoeuvrées et sans réelles ressources à Paoua, est rentrée dans les villages. Mais le retour est récent et les séquelles toujours présentes, notamment dans le village de Bemale.

A Bemal, en Centrafrique, le maïs vert pousse sur les bas-côtés de la piste. Les populations sont de retour dans les champs. Mais l'activité agricole reste compliquée dans cette zone. Dans la région de Paoua, de violents affrontements entre groupes armés ont déplacé plus de 70 000 personnes en décembre dernier avant que la Minusca, la mission de l'ONU sur place, ne mette en place des bases temporaires.

« Il y a des hommes armés qui sont là, s'inquiète Hervé, un cultivateur. Ce sont des gens qui se déguisent. Parfois, la Minusca patrouille mais après, ces hommes reviennent. La population ne peut pas aller au-delà de 5 kilomètres du village pour cultiver. C'est notre souci. On est obligés de cultiver proche du village. »

Tout recommencer

Bemal se trouve à deux jours à pied de Paoua, mais seulement à une quinzaine de kilomètres de la frontière tchadienne. Ici, des déplacés ne veulent pas rentrer chez eux car ils sont encore traumatisés. Freddy a quitté son village il y a trois semaines. Ce cultivateur doit désormais tout recommencer.

« J'ai fui avec seulement mes habits, les gens ont tout détruit et ils ont brûlé ma maison, raconte-t-il. J'ai perdu tout ce qui est récolte. J'ai perdu aussi les boeufs que j'avais pour l'agriculture. Pour le moment, on partage ce qu'il y a dans la famille. Je n'ai pas d'autres sources de revenus à part l'aide de mes parents. Mes parents ont plusieurs champs. Je vais leur en demander un pour cultiver. »

Des ONG distribuent déjà des semences pour soutenir les populations dans la reprise de leurs activités. Il faudra des mois à ces communautés pour retrouver leur vie d'avant.

J'ai fui avec seulement mes habits. Les gens ont tout détruit et ils ont brûlé ma maison.

[Reportage] En Centrafrique, dans la région de Paoua, les séquelles des déplacés
27-08-2018 - Par Charlotte Cosset

à (re)lire / (ré)écouter, la série de reportages de notre envoyée spéciale à Paoua

[Reportage 1/3] RCA: à Paoua, huit mois après, l'heure est à la reconstruction

[Reportage 3/3] RCA: à Paoua, huit mois après, une insécurité persistante

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.