Khadija «la fille aux tatouages»: une affaire de torture qui chamboule le Maroc

Khadija «la fille aux tatouages». Son témoignage vidéo en arabe.
© Capture d'écran / Youtube.com

Vague de réactions sur les réseaux sociaux après le récit du calvaire d’une adolescente au Maroc. Khadija, 17 ans, affirme avoir été séquestrée, violée, torturée et tatouée de force durant deux longs mois par une dizaine d’hommes. Après la révélation de l’affaire, 12 personnes ont été arrêtées pour traite d'être humain sur mineure, viol et torture. Leur procès s’ouvrira le 6 septembre prochain.

De notre correspondante à Rabat,

Si l'affaire a tant fait réagir l’opinion sur les réseaux sociaux, c'est parce que c’est sur Internet que le scandale a éclaté, lorsqu’a surgi le témoignage glaçant de la jeune Khadija, visage caché, montrant sur ses bras et jambes des tatouages grossiers, et des brûlures de cigarettes.

Très vite, les hashtags (mots-clés) #JusticePourKhadija et #NousSommesTousKhadija sont devenus viraux sur les réseaux sociaux. Y sont diffusés des appels à l’arrestation des coupables présumés, mais aussi des campagnes soutien. Des médecins et associations ont proposé leur aide. Effacement des tatouages par un dermatologue, suivi pédopsychiatrique, cagnotte en ligne... les initiatives se sont multipliées.

Une version dissonante dans cette affaire

Par la suite, la version contradictoire des familles de personnes arrêtées par la police est venue semer le doute chez les internautes. Elles ont donné leur version, décrivant une jeune fille aux mœurs dépravées, et s’adonnant à la prostitution et à la scarification de son plein gré.

« Si mon fils avait vraiment fait subir ces sévices à cette fille, je l’aurais amené moi-même au commissariat », affirme l’une des mères des prévenus. Mais pour beaucoup, il s’agit d’une « campagne de dénigrement », comme l’affirme l’internaute Lylou Slass, une Casablancaise qui a fait le déplacement jusqu’à Oulad Ayad, dans le centre du Maroc, pour rencontrer Khadija.

La mobilisation de l'opinion peut faire bouger la loi

Malheureusement, les affaires de viol en réunion sur des jeunes filles mineures, parfois même filmées et mises en ligne, sont courantes au Maroc. Les Marocains, très connectés à Internet, utilisent désormais à plein les réseaux sociaux pour faire savoir leur indignation.

La mobilisation de l’opinion a permis à plusieurs reprises d’accélérer l’arrestation des agresseurs, mais aussi faire de changer la loi. Cela avait été le cas en 2014, après le suicide d'Amina Filali, contrainte d'épouser son violeur comme l’autorisait alors la loi. Depuis, le texte a été abrogé.

La mobilisation sur les réseaux sociaux permet aussi de libérer la parole de ces jeunes femmes abusées, harcelées, souvent contraintes par le tabou social à la loi du silence. D'ailleurs, le nombre de plaintes pour viol enregistrées par les tribunaux a doublé l’an dernier, signe que les victimes ont de plus en plus recours à la justice pour faire valoir leurs droits.

«Khadija tu n'es pas seule!» Plus de 2000 euros déjà collectés pour soutenir la jeune femme. © Capture d'écran / Leetchi.com

« Nous sommes tous et toutes Khadija »

Des écrivains, des artistes, des sociologues et des personnalités de la société civile marocaine ont publié, mardi 28 août, dans le journal français Libération et plusieurs médias marocains, en français et en arabe, une tribune qui appelle à réagir efficacement après le calvaire de Khadija.

« Nous sommes tous et toutes Khadija », signent les intellectuels marocains, s'insurgeant contre l'impunité des violeurs et contre le silence de l'Etat. Parmi les signataires : Leila Slimani, Mehdi Qotbi, Mahi Binebine, Abdellah Taïa et la sociologue Sanaa el-Aji.

«L’horreur, encore une fois. Le viol banalisé des femmes marocaines, encore une fois», écrit l'auteur Abdellah Taïa. © Capture d'écran / Liberation.fr

« A force de banaliser, et surtout de ne pas responsabiliser les auteurs de ces actes de viols ou de harcèlements, ça s’est propagé de plus en plus et on arrive, là, à des cas de viols collectifs », dénonce la sociologue Sanaa El Aji, interrogée par RFI.

Ces trois dernières années, à chaque fois qu’il y a eu des cas similaires, beaucoup de voix ont cherché à savoir ce que la fille portait, est-ce qu’elle était vierge ou pas... Donc tout est recevable pour atténuer la responsabilité du violeur et pour responsabiliser la victime elle-même. Ça se passe de la même manière maintenant avec l’affaire de la jeune Khadija

Sanaa El Aji, auteure de «Sexe et mensonges. La vie sexuelle au Maroc (éditions Les Arènes)
30-08-2018 - Par Houda Ibrahim

À (re)lire : Agressions sexuelles, le Maroc promet de « réfléchir » à une loi

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.