Nigeria: le président du Sénat Bukola Saraki candidat à la présidentielle

Le président du Sénat nigérian, Bukola Saraki, a annoncé le 30 août 2018 à Abuja sa candidature à l'élection présidentielle de 2019.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

L'actuel président du Sénat nigérian a annoncé ce jeudi 30 août sa candidature à l'élection présidentielle prévue pour février 2019. Bukola Saraki se présente sous la bannière du PDP, le Parti démocratique du peuple.

Ce n'était qu'une question de jours, au mieux de semaines. A l'approche des primaires des partis, Bukola Saraki est finalement sorti de sa réserve ce jeudi, confirmant ce qui n'était plus qu'un secret de polichinelle : il sera bien candidat à la prochaine élection présidentielle, sous la bannière du Parti démocratique du peuple.

Musulman de 56 ans, troisième homme le plus important du Nigeria, l'ancien gouverneur de l'Etat de Kwara a été ces quatre dernières années au coeur d'une guerre avec le chef de l'Etat Muhammadu Buhari : la présidence accusant le Sénat de bloquer de nombreux textes de loi.

Ennuis judiciaires

Le président du Sénat dénonce une « chasse aux sorcières » menée contre les ennemis de l'Etat, en raison d'ennuis judiciaires. Il a notamment été accusé d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine ou d'avoir payé des gangs pour braquer une banque. Bukola Saraki a quitté le parti présidentiel APC en juillet dernier et rejoint les rangs du PDP.

Politique aguerri, décrit comme redoutable, il devra toutefois – pour être le candidat du parti – faire face à d'autres aspirants de poids, lors des primaires dont Rabiu Kwankwaso, l'ancien gouverneur de l'Etat de Kano et l'ancien vice-président Atiku Abubakar.

Cette annonce intervient alors que le président Muhammadu Buhari enchaine les rencontres diplomatiques, avec Theresa May mercredi ou encore Angela Merkel ce vendredi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.