Republier
Allemagne

Allemagne: l'extrême droite continue de mobiliser à Chemnitz

Des manifestants se regroupent dans le centre de Chemnitz, le 30 août 2018.
© REUTERS/Hannibal Hanschke

Après la mort d'un Allemand de 35 ans, poignardé par un réfugié irakien au lourd casier judiciaire, selon les premiers éléments de l'enquête, la ville de Saxe est toujours le théâtre de manifestations. Hier, l'extrême droite appelait de nouveau à un rassemblement pour protester contre la politique d'asile d'Angela Merkel.

Avec notre envoyée spéciale à Chemnitz,  Nathalie Versieux

« Merkel muss weg » (« Merkel doit partir »). A Chemnitz hier soir, l'habituel refrain de l'extrême droite est scandé par plusieurs centaines de personnes qui ont répondu à l'appel du groupement d'extrême droite Pro Chemnitz.

Beaucoup d'hommes, surtout des jeunes, vêtus de noir, crâne rasé ou cheveux très courts. Des drapeaux allemands flottent dans la foule, au pied du stade du club CFC, connu pour ses hooligans radicaux et violents.

Ramona, 60 ans, est venue des environs pour protester contre la politique de l'asile d'Angela Merkel. Elle est révoltée que les gens comme elle sont présentés comme des nazis par la presse allemande. « Ca, c'est vraiment le pire ! Nazi, ca veut dire national socialiste. National et socialiste, qu'est-ce qu'il y a de mal à ça ? Le mot nazi a un drôle d'arrière goût. Mais si on définit bien les choses, je suis nationale, car j'aime ma nation. et je suis socialiste. A vrai dire, il n'y a rien de mal à ça ! »

A quelques pas de là, Mario, 40 ans et Heiko, 47 ans, haleine d'alcool, se plaignent de la présence des étrangers. « Prenez la piscine... Pendant des années, on est allés à la piscine. Il ne se passait jamais rien. Et voilà que depuis deux ans, on nous a mis un service de sécurité à la piscine. Un service de sécurité à la piscine ! Où les enfants ne peuvent plus bouger librement, ou les autres ne peuvent plus non  plus bouger librement, parce qu'ils tripotent les filles ou que les vestiaires sont cambriolés. »

A Chemnitz hier, la forte présence policière a permis d'éviter de nouveaux débordements.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.