Republier
RDC

RDC: le MLC réagit à l’irrecevabilité de la candidature de Jean-Pierre Bemba

Jean-Pierre Bemba, au micro de RFI, le 24 juillet 2018.
© AFP/John Thys

En République démocratique du Congo (RDC), la Cour constitutionnelle examine les recours des candidats écartés de la présidentielle par la Commission électorale. Le cas de Jean-Pierre Bemba était notamment étudié, vendredi 31 août, et le ministère public persiste en déclarant sa candidature irrecevable, en raison de la procédure, toujours en cours, de la CPI contre l'ex-vice-président pour subornation de témoins. Pour les autorités, il s’agit de corruption et, selon la loi électorale, d’un motif d'exclusion. Le Mouvement de libération du Congo (MLC), parti de Jean-Pierre Bemba, a contesté, samedi, cette analyse.

La Cour constitutionnelle a tenu une audience publique sur les recours, introduits par les six candidats à la présidentielle, recalés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Dans son réquisitoire, le ministère public a demandé à la Cour de déclarer irrecevable la requête de Jean-Pierre Bemba.

Interrogé par RFI, le sénateur Jacques Djoli, inspecteur général du MLC, évoque, de son côté, les pressions que recevrait la Cour constitutionnelle de la part de la majorité présidentielle : « Nous avons, en tant que légalistes, un profond respect vis-à-vis de la Cour mais nous ne sommes pas naïfs. Nous savons que la Cour est sous pressions diverses. Nous avons vu le juge, nous avons vu la composition. Nous connaissons les tendances mais nous mettons chacun devant sa responsabilité. »

« Nous savons, poursuit-il, que le but de la majorité, c’est d’inféoder toutes les institutions pour nous donner des élections bidon et ces élections de pacotille, sans inclusivité et sans transparence - des élections biaisées - auront des conséquences. Il faudra que chacun s’assume. Nous, nous allons évaluer au niveau du parti, à partir de ce qui s’est passé hier et à partir de ce qui va arriver avec le prononcé du jugement. »

« Nous sommes en concertation avec les autres forces politiques de l’opposition et de la société civile et nous allons prendre la nation et la communauté internationale à témoin sur le devenir de la nation », conclut-il.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.