Crise alimentaire au Zimbabwe: le PAM va aider plus d’un million de personnes

Une sécheresse sévère et des tempérautres élevées ont notamment ravagé les récoltes de maïs, au Zimbabwe. (Photo d'illustration)
© ALEXANDER JOE / AFP

Le Zimbabwe est confronté à une crise alimentaire. Le Programme alimentaire mondial (PAM) va apporter son soutien à plus d'un million de personnes, à partir du mois prochain. L'organisation estime que plus du double, c'est-à-dire plus de deux millions de Zimbabwéens, se trouvent en difficulté alimentaire.

Une fois de plus, le Zimbabwe risque de manquer de nourriture. Ce sont 2 millions et demi de personnes qui pourraient se retrouver en situation d’insécurité alimentaire dans le pays. 28% de la population rurale zimbabwéenne est concernée : des familles pauvres, qui vivent dans les zones les plus sèches du pays, et qui dépendent généralement des précipitations pour leurs cultures.

A partir du mois d’octobre, le Programme alimentaire mondial va débloquer une aide d’urgence de plusieurs millions d’euros pour venir en aide à plus d’un million de Zimbabwéens. Selon l’agence des Nations Unies, les conséquences de la sécheresse devraient se faire ressentir jusqu’au mois de mars au moins au Zimbabwe. « Nous avons repéré les régions les plus touchées et travaillé avec ces communautés. Nous sommes en train d'identifier et enregistrer les personnes souffrant le plus d'insécurité alimentaire. Puis, à partir du mois d'octobre, nous leur fournirons de l'aide soit sous la forme d'un panier contenant des céréales, de l'huile et des micronutriments soit sous la forme d'argent liquide, si ces personnes vivent dans une région où les marchés fonctionnent. Là où les marchés sont bien approvisionnés, nous distribuerons de l'argent. Dans les zones où ces marchés ne fonctionnent pas correctement, nous privilégierons les contributions en nature, c'est-à-dire les paniers alimentaires », a précisé à RFI, Eddie Rowe, directeur du bureau du PAM, à Harare.

Les deux principaux facteurs de cette crise alimentaire : le climat et le difficile contexte économique

« La dernière campagne agricole a été marquée par une longue période de sécheresse et, par conséquent, les récoltes sont particulièrement pauvres, cette année. En plus de cela, il faut ajouter un autre facteur, peut-être plus important à savoir le fait que 80 % du Zimbabwe repose sur l'agriculture pluviale, ce qui signifie qu'en absence de pluie, les conséquences sont énormes », a souligné Eddie Rowe avant de détailler les actions du PAM.

« Nous, au Programme alimentaire mondial, nous essayons surtout d'aider les Zimbabwéens à moins dépendre des changements climatiques et à diversifier leur économie. C'est plutôt cela, notre travail quotidien mais étant donné les maigres récoltes et le manque de nourriture cette année, nous sommes obligés de fournir une aide alimentaire à la population. »

Dans un contexte économique très difficile, l’augmentation des prix de la nourriture pourrait se faire ressentir jusque dans les villes. La semaine dernière le président Emmerson Mnangagwa a promis que son gouvernement allait fournir des graines à plus de 2 millions de foyers avant le début de la saison agricole. Mais ces promesses pourraient s’évanouir rapidement puisque les intrants agricoles sont importés, et nécessitent des devises étrangères qui manquent cruellement dans le pays. La pénurie de liquidité a déjà perturbé par le passé les projets du Programme alimentaire mondial, lors de précédentes crises alimentaires au Zimbabwe.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.