Republier
Ouganda

En Ouganda, le festival techno Nyege Nyege aura bien lieu

L'affiche officielle du festival Nyege Nyege du 6 au 9 septembre.
© Nyege Nyege

En Ouganda, le festival Nyege Nyege, un des plus importants d'Afrique de l'Est consacrés à la musique électronique a finalement été autorisé. La manifestation où plus de 10 000 personnes sont attendues.dont plusieurs milliers de touristes étrangers se tient de jeudi à dimanche. Le ministre de l’Ethique Simon Lokodo avait annoncé l’annulation de cet évènement, accusant les organisateurs de « promouvoir des pratiques immorales » comme le sexe ou l’homosexualité. Le gouvernement est finalement revenu sur l’annonce du ministre, en donnant son autorisation.

Côté organisateur c’est le soulagement, 24h avant le début du festival qui doit durer quatre jours. Les autorités ont donné leur feu vert. Mais sous condition : aucun mineur ne pourra être présent le soir, il ne pourra y avoir d’acte homosexuel et la police devra avoir accès à toutes les installations.

Pour Darlyne Komukana, une des organisatrices, le ministre de l’Ethique Simon Lokodo a mal interprété l’évènement, il s’agit d’un festival de musique. « Je l’invite à venir à ce festival. S’il aime danser, il comprendra ce qu’est cet évènement. Il s’agit de danser. En tout cas je suis contente que le gouvernement se soit rangé de notre côté. »

Mais pour les organisations de protection des droits des homosexuels, les déclarations du ministre Lokodo reflètent le climat homophobe qui règne dans le pays. Et qui est entretenu par les hommes politiques, explique Frank Mushiga de l’organisation Smug : « De nombreux hommes politiques dans ce pays essayent de faire de la communauté homosexuelle un bouc émissaire, afin de servir leur intérêt politique. Ils essayent de ternir l’image de cette communauté. Nos leaders sont très conservateurs et pensent que les gens ne peuvent pas aller à une fête et s’amuser sans qu’il y ait de contrôle. »

En Ouganda, les relations dites contre nature sont passibles d’une peine à perpétuité. Il y a 5 ans, le pays avait d’ailleurs tenté d’adopter une législation rendant obligatoire la dénonciation des homosexuels. Celle-ci avait déclenché un tollé international et a depuis été annulée par la Cour constitutionnelle pour vice de forme.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.