Republier
Kenya

[Reportage] Kenya: colère contre la hausse du prix des carburants

Depuis samedi 1er septembre, la tension sociale monte au Kenya. En cause, une taxe de 16% sur les produits pétroliers appliquée par le gouvernement (photo: Nairobi).
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

Depuis samedi 1er septembre, la tension sociale monte au Kenya. En cause, une taxe de 16% sur les produits pétroliers appliquée par le gouvernement. Résultats : le prix de l'essence a explosé, entraînant une grogne générale au sein de la population. Des mouvements de protestation ont éclaté en divers endroits du pays. A Nairobi, la vie des Kényans est fortement perturbée.

Cette taxe fait l'effet d'un coup de massue pour les Kényans. Repoussée depuis 5 ans, son application a un effet mécanique : elle entraîne une hausse du prix des transports. Andrew est taxi-moto depuis 7 ans. Les clients ne viennent plus et il a du mal à trouver de l'essence à cause d'une grève des distributeurs.

« Tout le monde pleure, raconte Andrew. Mon plein est passé de 1 200 à 1 600 shillings. Ça fait une très très grosse différence. Le soir je rentre à la maison avec rien. On essaie d'augmenter nos prix, mais les clients refusent de payer. »

L'opposition a lancé un ultimatum au ministre des Finances. Deux recours en justice ont aussi été déposés. En attendant, tout le secteur des transports est affecté. « On a dû augmenter nos tarifs. On n'avait pas le choix. Alors les clients ont décidé de se déplacer à pied. Maintenant on met 15 minutes pour remplir le bus et partir. Avant ça prenait 5 minutes. On est très en colère. Il est possible qu'on se mette une grève », témoigne Jeffrey Okoh, chauffeur de bus.

Patrick Kariuki prend deux bus pour se rendre chaque jour au travail. Ses déplacements quotidiens lui coûtent désormais 300 shillings au lieu de 200. Et pour lui, la situation ne va faire qu'empirer : « L'essence touche tous les secteurs de Nairobi. Quand le prix monte, tout augmente, la nourriture, tout. Déjà aujourd'hui ça coûte très cher de vivre en ville. Ma famille a dû partir en 2015, parce que le coût de la vie était devenu trop élevé. »

Le président Kenyatta vient tout juste de rentrer de Chine. Beaucoup se tournent vers lui pour qu'il agisse. S'il ne fait rien, le conflit risque de se durcir.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.