Kenya: la taxe sur les produits pétroliers est suspendue

Nairobi: camion citerne sous bonne garde policière dans la zone industrielle de la capitale kenyanne, le 6 septembre 2018 (illustration).
© REUTERS/Njeri Mwangi

Au Kenya, la nouvelle taxe de 16% sur les produits pétroliers est suspendue. Suite à un recours en justice, un tribunal a ordonné la levée temporaire de cet impôt entré en vigueur samedi. Cette mesure très impopulaire avait entraîné une hausse du prix des carburants, des transports et d'autres secteurs de l'économie.

La procédure lancée par trois activistes de Kisumu, dans l'Ouest du pays, pourrait soulager tout le Kenya. Les trois plaignants estimaient qu'en appliquant cette taxe, les autorités violaient la Constitution et les droits fondamentaux des Kenyans, qui croulent déjà sous les impôts selon eux.

Hier jeudi la Haute Cour leur a donné raison, en décidant de suspendre temporairement la taxe controversée. Les juges ont demandé au président Kenyatta de trancher la question. Cette mesure, déjà prévue en 2013, a été repoussée pendant cinq ans. Mais le Kenya subit depuis plusieurs années, la pression du Fonds monétaire international qui lui demande d'augmenter ses recettes publiques. Le but étant de dégonfler la dette du pays, devenue aujourd'hui un problème d'ampleur nationale.

Nairobi avait finalement cédé et promis d'appliquer cette taxe. Or, quelques jours avant son entrée en vigueur, les députés ont voté un amendement pour la repousser jusqu'en 2020. Mais le ministre du Trésor était passé outre, estimant que la mesure était déjà inscrite dans la nouvelle loi de finance. La Haute Cour demande donc au président Kenyatta de décider si cet amendement des parlementaires permet bien d'annuler la taxe. Pas sûr qu'en attendant, les compagnies pétrolières fassent redescendre le prix du litre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.