Militants de Filimbi emprisonnés en RDC: le rappel à la loi de leur avocat

Des militants du mouvement Filimbi se préparent à aller manifester à Kinshasa, le 29 octobre 2017.
© Sonia Rolley/RFI

L'avocat des 5 militants du mouvement citoyen Filimbi emprisonnés depuis décembre demande à ce que la justice ne les oublie pas. Cela fait 15 jours maintenant que le délai accordé par la loi au tribunal pour rendre son verdict a été fixé et toujours aucune nouvelle. Le ministère public a requis trois ans de prison, eux réclament l'acquittement.

« Nous demandons que la décision soit rendue, martelle Me Jacquemin Shabani, avocat des militants de Filimbi arrêtés en décembre 2017. Nous sommes inquiets parce que ça traîne en longueur. Or, il nous avait été promis qu’elle serait rendue dans les délais de la loi, les délais de la loi sont extrêmement dépassés».

Rappelons que Carbone Beni, Grâce Tshionza, Cédric Kalonji, Mino Momponices et Palmer Kabeya avaient été arrêtés alors qu'ils sensibilisaient autour de la marche du 31 décembre 2017 initiée par le Comité Laïc de Coordination. Le parquet a requis une peine de trois ans de prison, pour offense au chef de l’État, publication des écrits subversifs et incitation à la désobéissance.

Les militants de Filimbi attendent que la justice statue sur ce dossier « qui est en fait un dossier du passé », poursuit l'avocat, attendent d'être libérés et de retrouver « leur vie normale pour participer à la construction de l’avenir du Congo ».

« Ils ont été poursuivis et arrêtés pour avoir défendu la Constitution qui demandait à ce que le président Kabila ne se représente pas, chose qui a été faite, et nous estimons qu’il est injuste qu’ils passent encore plusieurs semaines sans connaître quelle est la décision qui leur est réservée, surtout que nous sommes convaincus qu’ils devront être acquittés ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.