Republier
Djibouti

Djibouti: le bras de fer avec le géant émirati DP World n’en finit pas

Vue du port de Doraleh, à Djibouti, le 4 juillet 2018.
© Yasuyoshi CHIBA / AFP

En février dernier, Djibouti avait résilié unilatéralement le contrat avec l’entreprise émiratie, DP World, qui exploitait son port de Doraleh. La société a lancé et remporté plusieurs recours judiciaires en Grande-Bretagne mais Djibouti refuse toujours de céder, estimant que ces décisions ne peuvent pas contraindre son intérêt ni ses lois nationales. La Haute Cour d’Angleterre et des Pays de Galles vient d’envoyer une nouvelle injonction au pays qui refuse toujours de plier.

Dans leur verdict, les magistrats ont jugé le contrat signé avec DP World toujours valide ajoutant que Djibouti ne pouvait pas interférer dans la gestion du terminal à conteneurs. En cas de non-respect, le pays risquerait une amende, la saisie de ses biens ou encore l’arrestation de responsables. La Haute Cour demande à l’Etat de présenter sa défense lors d’une audience, le 14 septembre.

Cette décision contrecarre les projets de Djibouti qui avait convoqué, pour dimanche dernier, une assemblée générale extraordinaire afin de remplacer les dirigeants du port, ces derniers ayant été nommés par DP World.

Après ce nouveau jugement en sa faveur, l’entreprise a prévenu qu’elle utiliserait « tous moyens légaux disponibles » contre ceux qui porteraient atteinte à ses « droits légitimes ».

Djibouti a aussitôt contre-attaqué. Le pays affirme ne pas avoir été averti de cette procédure et décrit ce verdict comme une « simple mesure provisoire ». Dimanche, le président Guelleh a même nationalisé « l’ensemble des actions et droits sociaux » de son entreprise d’Etat impliquée dans le port et ainsi, dit Djibouti, « nos représentants dans la société seront nommés par décret et DP World n’aura plus qu’un seul interlocuteur, l’État djiboutien ».

Enfin, Djibouti dénonce « la multiplication des procédures juridiques, les campagnes de fake news et les tentatives d’intimidation » de DP World. Selon l’Etat, « seule une issue indemnitaire équitable est envisageable ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.