Republier
Liberia Justice

Liberia: satisfaction après l'arrestation en France d’un criminel présumé

Vue de Monrovia, capitale du Liberia.
© Erik Hershman/WIkimedia Commons

Satisfaction au Liberia, après l'arrestation en France d'un homme soupçonné de crimes contre l'humanité pendant la guerre civile qui a secoué le pays dans les années 90. Kunti K., ressortissant libérien naturalisé néerlandais, a été interpellé la semaine dernière en région parisienne après une plainte déposée contre lui il y a quelques semaines. Environ 250 000 personnes ont été tuées durant la guerre civile au Liberia entre 1989 et 2003. Des victimes réclament toujours justice.

Jusqu'à présent, il y a eu sept arrestations. En Belgique, en Suisse, au Royaume-Uni où se trouve l'ancienne épouse de Charles Taylor. Et aux Etats-Unis, il y a eu une condamnation et un verdict de culpabilité pour Thomas Woewiyu, le ministre de la Défense du président Charles Taylor pendant les années de guerre, et le porte-parole de son mouvement, le NPFL.
Hassan Bility, directeur exécutif de l'association Global justice and research project au Liberia
10-09-2018 - Par Anne Cantener

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.