Madagascar: Rivo Rakotovao, un proche de l'ex-président à la tête du pays

Rivo Rakotovao (centre) lorsqu'il était président du Sénat malgache.
© RIJASOLO / AFP

Le nouveau président de la République par intérim Rivo Rakotovao a pris ses fonctions depuis vendredi soir à Madagascar. Plusieurs médias évoquent une possible passation de pouvoir entre l'ex-chef de l’Etat et le nouveau ce lundi 10 septembre. En démissionnant pour pouvoir faire campagne pour la présidentielle du 7 novembre, Hery Rajaonarimampianina laisse un de ses plus fidèles alliés à la tête de l'Etat.

En dix mois, Rivo Rakotovao, 58 ans, est passé de ministre de l'Agriculture à président de la République par intérim. Une ascension qu'il doit à Hery Rajaonarimampianina. Depuis de longues années, il fait partie du premier cercle du désormais candidat à la présidentielle et ex-chef de l’Etat.

Conseiller technique lorsque Hery Rajaonarimampianina n'était alors que ministre des Finances, Rivo Rakotovao n'a depuis jamais quitté l'entourage de l'ex-président, étant tour à tour son conseiller spécial, ministre de l'Aménagement du territoire, ministre de l'Agriculture, sénateur et enfin président du Sénat. Il y a encore un mois et demi il était aussi le chef du parti présidentiel, le HVM.

Son élection à la présidence de la chambre haute fin octobre avait fait beaucoup de bruit. Son prédécesseur avait quitté la tête du Sénat sans donner de réelles explications. Pour de nombreux observateurs, celui-ci avait été poussé vers la sortie par les sénateurs de la majorité présidentielle dans le but de mettre Rivo Rakotovao à sa place. L'opposition avait alors dénoncé un calcul politique, arguant que Hery Rajoanarimampianina avait installé son homme de confiance à ce poste pour qu'il puisse assurer ses arrières après sa démission.

Président par intérim, Rivo Rakotovao ne dispose toutefois que d'un pouvoir restreint.

Une transition à risques

Fidèle lieutenant du président sortant et du parti présidentiel aura donc pour mission d'assurer la transition jusqu'à l'élection du 7 novembre.

« On ne sait pas grand chose de son parcours professionnel, explique Ketakandriana Rafitoson, politologue et directrice exécutive de Transparency international à Madagascar. On sait juste qu'il est Rotarien, membre du même club que l'ancien président Hery Rajaonarimampianina. Donc ils sortent tous d'une même "écurie", si l'on peut dire. »

La politologue se dit persuadée que « le président sortant téléguide encore ce qui va se passer dans les prochains mois en matière électorale ».

Rivo Rakotovao va en tout cas devoir jouer les équilibristes pour apaiser les esprits à deux mois du scrutin. La transition qui s'annonce n'est pas anodine, au contraire, selon elle.

C'est une transition à risques parce que déjà nous avons 36 candidats (...) et on n'arrive pas encore bien à cerner les stratégies des uns et des autres donc les risques d'instabilité sont réels. Mais il y a aussi cette intransigeance, on va dire, du régime HVM, et notamment de Rivo Rakotovao qui est un des grands détracteurs de la liberté de manifester et de la liberté d'expression à Madagascar.

Ketakandriana Rafitoson, politologue
10-09-2018 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.