Kenya: la réalisatrice de «Rafiki» porte plainte contre la censure officielle

Wanuri Kahiu, réalisatrice kenyane de «Rafiki», après son succès au Festival de Cannes.
© Siegfried Forster / RFI

Au Kenya, la réalisatrice du film Rafiki porte plainte contre l'autorité de régulation des films. Le long métrage kényan raconte une histoire d'amour homosexuelle entre deux femmes. En avril dernier, il avait été censuré au Kenya, avant de devenir, le mois suivant, le premier film kényan à être sélectionné à Cannes. Sa réalisatrice Wanuri Kahiu et une ONG de défense des artistes ont décidé de porter plainte pour lever cette censure et permettre à Rafiki d'être cette fois nominé aux Oscars.

Le temps presse pour Wanuri Kahiu. Elle a jusqu'au 30 septembre pour déposer son dossier d'inscription au comité de sélection des Oscars 2019. La réalisatrice souhaite que Rafiki concoure dans la catégorie « Meilleur film étranger ».

Or le règlement du célèbre rendez-vous cinématographique américain est clair. Les oeuvres censurées dans leurs pays d'origine ne peuvent pas être présentées.

Wanuri Kahiu et l'organisation Creative Economy Working Group ont donc déposé plainte mardi, devant la Haute Cour, contre le Kenya Film Classification Board, l'autorité de régulation, son directeur Ezechiel Mutua, ainsi que le procureur de la République. Une procédure d'urgence afin d'obtenir le plus vite possible une levée de cette censure.

En avril, les instances kényanes avaient estimé que Rafiki faisait la promotion de l'homosexualité, heurtait la culture et les valeurs morales du peuple kényan. Or selon les plaignants, il s'agit d'une décision « injustifiable », violant la Constitution, la liberté d'expression, la liberté de création artistique et les textes internationaux que le Kenya est censé respecter. Mercredi, la Haute Cour a convoqué tout le monde pour une audience vendredi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.