En RDC, pour vaincre Ebola, la rapidité d'intervention est cruciale

Unité d'isolation de patients touchés par le virus Ebola, en RDC en 2009 (image d'illustration).
© Luis Encinas/MSF

En République Démocratique du Congo, la réponse à l’épidémie de la maladie Ebola s’organise. Après qu’un dixième foyer de la maladie ait été déclaré le mois dernier dans le Nord-Kivu, les autorités – assistées par l’Organisation mondiale de la santé – ont décidé de cibler six provinces à risques et d’y concentrer leurs efforts. Il s’agit du Bas-Uélé, du Haut-Uélé, de l’Ituri, du Maniema, du Sud-Kivu et du Tanganyika. Les autorités ont commencé à y envoyer des équipes pour former notamment les responsables sanitaires de la région, autour de comment détecter un cas suspect et réagir face à celui-ci. Car, comme l’explique le docteur Gervais Folefack, responsable du programme des urgences à l’OMS la rapidité de réaction est cruciale pour contenir cette épidémie.

En 24 heures, on a pu avoir des résultats, c'est ce que l'on veut avoir partout.

Gervais Folefack, responsable des urgences à l'OMS
13-09-2018 - Par Alexandra Brangeon

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.