Republier
RDC

Experts de l'ONU tués en RDC: à la barre, Mukanda livre de nouveaux éléments

La ville de Kananga au Kasaï-Central (photo d'illustration).
© Junior D. Kannah / AFP

Jean-Bosco Mukanda, qui est passé de témoin principal à suspect dans l’affaire de l’assassinat en mars 2017 des experts de l'ONU, Michael Sharp et Zaïda Catalan, a comparu encore ce jeudi 13 septembre 2018 à Kananga. Au cours de cette audience, il a livré au tribunal les noms de quelques officiers militaires avec qui il était en contact avant et après l’assassinat des membres du groupe d’experts de l’ONU et de leurs accompagnateurs congolais.

Au cours de l’audience de ce jeudi, qui a duré six heures, Jean-Bosco Mukanda, a été moins bavard que d’habitude. Il n’a fait que répondre aux questions qui lui étaient adressées.

La trentaine révolue, celui qui se présente comme un pion utilisé par l’Agence nationale des renseignements pour infiltrer la milice Kamuina Nsapu, a affirmé qu’il avait échangé des informations sur cet assassinat avec plusieurs hauts gradés. Il a cité les colonels Jean De Dieu Mambweni et Isaac Safari ainsi que le capitaine Mbuara. Il n’a cependant pas précisé le degré ni la nature des informations échangées sur cette affaire.

D’abord, le colonel Jean De Dieu Mambweni, officier de l'armée congolais évoqué dans l'enquête de RFI et Reuters. C’est lui qui aurait contacté les motards qui avaient transporté Michael Sharp et Zaida Catalan.

Ensuite, le colonel Isaac Safari Iraguha qui était à l'époque le commandant de la brigade basée à Kananga.

Enfin le capitaine Mbuara qui dirigeait l'unité en poste à Bunkonde, le 12 mars 2017, jour de la mort de Michael Sharp et de Zaida Catalan et de leurs accompagnateurs congolais.

Convoqué par le parquet militaire à l’audience de lundi dernier, le capitaine Mbuara ne s’est présenté devant les juges ce jeudi. Le greffe n’a pas pu lui signifier son mandat de comparution ne sachant pas où il se trouve actuellement.

Jean-Bosco Mukanda a également reconnu avoir aussi échangé autour de cet assassinat avec des personnalités civiles. Il a communiqué leurs noms par écrit à la Cour, mais ils n’ont pas été révélés à l’audience.

Deux agents de l’Etat, Jose Tshibuabua et Thomas Nkashama, arrêtés dans le cadre de ce dossier, n’ont jamais comparu depuis la reprise du procès.

La prochaine audience dans cette affaire est fixée à jeudi 20 septembre.

RDC Violences au Kasai - Bunkonde : l'exécution de deux experts de l'ONU © RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.