Madagascar: des mesures pour éviter l'épidémie de peste

Des agents du ministère de la Santé vaporisent un produit contre de potentiels vecteurs de la peste dans une école primaire d'Andraisoro, un district d'Antananarivo, le 2 octobre 2017.
© RIJASOLO / AFP

A Madagascar, les autorités malgaches font un premier bilan en ce début de la saison de la peste. La maladie revient chaque année dans le pays du mois d'août au mois d'avril. L'année dernière, elle avait fait plus de 200 morts. Depuis début août, elle déjà fait deux morts et atteint huit personnes dans des régions endémiques de la peste. Mais les autorités malgaches indiquent avoir mis en place « un plan d'attaque » pour éviter une nouvelle épidémie de grande ampleur.

Campagnes de sensibilisation à la télévision et à la radio nationale, antibiotiques déjà disponibles au niveau des districts, désinfection et désinsectisation : c'est notamment avec ces mesures que les autorités malgaches espèrent éviter une nouvelle épidémie de peste.

Le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé de ce ministère, demande aussi la coopération des sociétés de transport en commun : « Tout transporteur doit inscrire les noms des passagers, leur contact téléphonique au cas où il y a une personne atteinte dans le car. C’est notre problème parce qu’il y a plusieurs [compagnies] qui n’utilisent pas ce cahier ».

Un problème de taille puisque c'est de cette manière que la peste s'est propagée l'année dernière. Un passager atteint de la maladie avait contaminé d'autres passagers. L'urgence est donc désormais de retrouver toutes les personnes en contact pour pouvoir faire un traitement préventif.

Parmi les huit cas de peste recensés cette année, quatre sont des cas de peste pulmonaire. Une information qui préoccupe le Dr Manitra Rakotoarivony : « Sans traitement, les pestes buboniques se transforment en peste pulmonaire et c’est pour ça que l’équipe du ministère s’inquiète. Parce qu’il y a des personnes qui n’étaient pas passées pour prendre le traitement, ça nous pose beaucoup de problèmes, parce que les tradipraticiens n’utilisent pas des médicaments, ils utilisent d’autres méthodes pas efficaces ».

Inciter la population à se faire traiter chez un médecin, c'est le défi des autorités. La première forme de peste, la bubonique transmise par les puces des rats, est la moins dangereuse. La peste pulmonaire, elle, se transmet d'homme à homme par des gouttelettes de salive. Très contagieuse, elle peut être mortelle en seulement 48h.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.