[Reportage] Niger: l’épidémie de choléra gagne du terrain

Centre de traitement du choléra de Maradi au Niger.
© RFI/David Baché

Au Niger, plus de 2 700 cas et au moins 55 morts ont été recensés depuis l'apparition du choléra début juillet. Le virus est venu du Nigeria voisin. Au Niger, le foyer de cette épidémie, c'est la ville de Maradi, dans le sud du pays où les patients sont pris en charge dans un centre qui est géré par les autorités sanitaires avec le soutien de l'ONG Alima-Befen.

Au centre de santé de Maradi, les infirmières donnent leur traitement aux patients ; plusieurs malades sont en observation. Un homme arrive sur une civière, il faut faire vite. En un peu plus d'un mois, le Centre de traitement du choléra de Maradi a déjà vu passer plus de 150 cas.

Parmi eux, Soueba Laouali, 27 ans. Après trois jours de soins, elle est sortie d'affaire : « C'est quand je suis arrivée ici que j'ai compris que j'avais le choléra, que j'ai découvert cette maladie. A présent, je n'ai plus de diarrhée et ça veut dire que je commence à guérir. Mais quand je suis arrivée ici, j'étais inconsciente, je pensais que j'allais mourir.  Maintenant, je vais mieux, j'arrive à sortir, à marcher, et je remercie Dieu pour cela ».

Le choléra se transmet facilement : ingestion d'eau ou d'aliments contaminés, contact avec la salive ou les excréments de personnes malades.

Le docteur Gabriel Twhiwisa coordonne le projet choléra pour l'ONG Alima-Befen qui travaille avec les autorités sanitaires.  Il explique que l'épidémie, à Maradi, se propage rapidement : « Très rapidement, oui. Surtout tenant compte de la spécificité des maladies qui est une ville où il y a beaucoup de mouvements de population, il y a beaucoup de déplacements. La pluie aussi avec les inondations que nous avons. Ce sont des facteurs qui viennent amplifier les risques. Et on s’est rendu compte que, à chaque fois, qu’il y avait des pluies, la notification des cas avait tendance à augmenter ».

De Maradi, l'épidémie de choléra s'est déjà étendue aux régions de Zinder, Tahoua et Dosso.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.