Guinée: le fils de l’ex-président Sékou Touré inculpé pour travail forcé aux USA

Le fils du premier président de Guinée-Conakry Sékou Touré a été inculpé pour travail forcé aux Etats-Unis (image: Austin, capitale du Texas).
© REUTERS/Loren Elliott

Le fils du premier président de Guinée-Conakry Sékou Touré a été inculpé pour travail forcé aux Etats-Unis. Accusés d’avoir réduit en esclavage une jeune femme pendant 16 ans, Mohamed Touré et son épouse ont été arrêtés en avril dernier au Texas. Ils risquent jusqu’à 30 ans de prison et 500 000 dollars d’amende.

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

Selon l’acte d’accusation, la jeune femme devait chaque jour cuisiner, faire le ménage, le jardinage, la lessive s’occuper des 5 enfants et même parfois repeindre les murs de la maison. Aux enquêteurs, elle raconte avoir été forcée de dormir à même le sol et décrit des mauvais traitements physiques comme psychologiques : régulièrement insultée, giflée, parfois fouettée avec une ceinture ou des câbles électriques.

Et pourtant en 2000, lorsque Mohamed Touré, fils de l’ancien président Sékou Touré et sa femme la font venir de son village natal en Guinée pour la faire travailler dans leur maison cossue de Southlake au Texas, elle n’est encore qu’une enfant : 5 ans selon son passeport, 13 selon d’autres documents.

Jamais scolarisée ni payée, la jeune femme sans aucune existence administrative parvient à s’enfuir 16 ans plus tard grâce à l’aide d’un voisin. Les autorités américaines ouvrent alors une enquête. Mohamed et Denise Touré, 57 ans, réfugiés politiques depuis 2000 aux Etats-Unis où ils vivent de virements de l’étranger, sont arrêtés en avril dernier et rejettent ces accusations d’esclavage.

Leur avocat dénonce des mensonges et assure que leur petite bonne était traitée comme un membre de la famille. Poursuivi pour 5 chefs d’accusation, dont travail forcé et hébergement de clandestin, le couple encourt jusqu’à 30 ans de prison.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.