Angola: l'arrestation du fils de dos Santos, un signal contre la corruption?

L'ex-président angolais José Eduardo dos Santos (photo d'archive).
© © MARCO LONGARI / AFP

Accusé d'avoir détourné 500 millions de dollars, mais aussi de blanchiment d'argent et d'escroquerie alors qu'il était en charge de la gestion d'un fonds étatique, Jose Filomeno dos Santos a été placé en détention provisoire lundi 24 septembre. C'est le premier membre de la famille de l'ancien président à être arrêté dans une affaire de corruption. Jamais encore dans l'histoire du pays un membre de la famille d'un président n'avait été placé en détention.

A Luanda, tout le monde s'accorde à le dire : mettre le fils d'un ancien président derrière les verrous, même de façon préventive, est un signal extrêmement fort. Et avant tout celui que la justice a reçu le feu vert pour s'attaquer aux plus puissants du pays.

A la veille du premier anniversaire de son élection, pour João Lourenço, c'est aussi l'occasion de gagner quelques points de popularité et montrer qu'il tient promesse. A savoir lutter contre la corruption. Mais moraliser la vie publique angolaise est un chantier immense qui va prendre des années.

Le cas de Jose Filomeno dos Santos en est le parfait exemple. Inculpé en mars dernier pour avoir effectué un virement de 500 millions de dollars du fonds souverain vers un compte en Angleterre dans un premier temps, le fils dos Santos était resté libre, placé sous contrôle judiciaire uniquement.

Mais au fil de l'instruction, de nouvelles preuves d'actes de corruption se sont accumulées : blanchiment d'argent, escroquerie, perception d'avantages et autres délits. Autant d'éléments qui ont permis au procureur général de passer à l'étape supérieure : la détention préventive.

Y aura-t-il d'autres arrestations de cadres angolais dans les prochains mois ? Les défenseurs des droits de l'homme veulent croire que oui. Dans l'immédiat, le fils dos Santos reste en tout cas détenu jusqu'à la fin de son procès.

Est-ce que c'est une décision populiste? Est-ce que c'est une revanche? Peu importe, ce qui importe c'est que le feu vert à été donné au système judiciaire pour qu'il fasse appliquer la loi. Ce que le procureur a fait, c'est ce que la population angolaise demande depuis des années: la justice. Et c'est légal, cela fait partie de la procédure normale que Jose Filomeno dos Santos et son acolyte soient placés en détention provisoire. Car Jose Filomeno dos Santos n'a pas été arrêté pour avoir fait ce virement de 500 millions de dollars, il a été placé en détention préventive car il a continué à piller le fond souverain qu'il dirigeait. Il ne s'est pas arrêté, il a refusé de rendre l'argent volé, lui et son acolyte ont continué à commettre les mêmes crimes et donc ils doivent être placés en détention.
Rafael Marques, journaliste et analyste angolais
26-09-2018 - Par Léa-Lisa Westerhoff

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.