L'envoyé spécial d'António Guterres satisfait de sa visite à Madagascar

L'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies, Abdoulaye Bathily, était à Madagascar pour une mission d’évaluation avant les élections (image d'illustration).
© AFP PHOTO / MARCO LONGARI

Abdoulaye Bathily, l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, a quitté Madagascar mardi 25 septembre après huit jours intenses passés à Antananarivo. A 44 jours du premier tour de scrutin, sa visite vient compléter l’appui des Nations unies au processus électoral de la Grande Île.  

Abdoulaye Bathily était à Madagascar pour une « mission d’évaluation ». C’était en tout cas l’intitulé de sa visite qui s'est achevée mardi. En d’autres termes prendre le pouls de la conjoncture et s’assurer que les élections des 7 novembre et 19 décembre prochains seront bien des élections libres, crédibles et transparentes.

C’est donc dans cette optique que l’envoyé spécial d’António Guterres a rencontré les principaux acteurs du processus électoral. Rivo Rakotovao, le président de la République par intérim, le Premier ministre Christian Ntsay, le président de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), ainsi que le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), et celui du Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM, le conseil de réconciliation nationale).

Sans préciser lesquels, il a également rencontré d'anciens présidents de la République de Madagascar qui se présentent tous à l’élection présidentielle : Marc Ravalomanana, Hery Rajaonarimampianina, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka pour ne pas les citer.

Abdoulaye Bathily, dans son communiqué de fin de visite, exprime sa satisfaction et souligne le climat positif de la collaboration entre société civile et classe politique pour une solution malgache aux problèmes malgaches.

Le contexte politique, lui, reste tendu. Vendredi 7 septembre, une délégation de huit candidats a signé une déclaration réclamant le report des élections ainsi que la mise en place d’une nouvelle période de transition. Si pour l’instant elle est restée lettre morte, l’Union africaine et les Nations unies ont tous les deux dépêché leurs représentants le mois suivant.

La communauté internationale souhaite à tout prix que le calendrier prévu par la HCC soit maintenu. Abdoulaye Bathily, dont la visite succédait à celle de Ramtane Lamamra, le représentant de l'Union africaine, prévoit de revenir à Madagascar début novembre.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.