Republier
Sénégal

Seize ans après, le Sénégal pleure les victimes du naufrage du Joola

Recueillement au mémorial des victimes du Joola à Mbao, au Sénégal. Les 135 tombes sont anonymes, faute d’identification des victimes.
© RFI/Guillaume Thibault

Le Sénégal commémorece mercredi 26 septembre le 16e anniversaire du naufrage du Joola.

Le Joola, qui faisait la liaison entre Ziguinchor et Dakar, a sombré au large de la Gambie le 26 septembre 2002. Le bilan officiel est de 2 000 morts, bien plus selon les associations de victimes. Le bateau transportait quatre fois plus de passagers que sa capacité. La majorité des corps sont toujours dans l’épave à dix-huit mètres de profondeur. A Mbao, près de Dakar, un Mémorial a été créé.

Ce 26 septembre 2018 au matin, la pluie a effacé les larmes des parents des victimes. Digne, Abba Colly, la soixantaine passée, est resté longtemps devant les 135 tombes qui ne sont que de simples carrés blancs, pour prier. « C’est vraiment de la tristesse et une douleur, déclare-t-il. Parce que quand on perd une personne qu’on aime, c’est difficile. Par exemple, je ne peux pas reconnaître la tombe de ma femme. Et ce soir, musulmans, catholiques, on se recueille pour tout le monde ».

Impossible deuil

Awa a 33 ans. Elle a perdu sa mère et ses deux frères dans le naufrage du Joola. Pour elle, le deuil est impossible car les dépouilles n’ont jamais été identifiées. « Je ne sais pas où elle est, dit-elle. Je ne sais pas où elle est parce qu’on n’a pas vu leurs corps. Cela fait mal. C’est cela qui me fait mal. Cela me fait comme ça, je ne peux pas oublier ».

Lamin Mbengue avait 9 ans lorsqu’il a perdu son père dans cette catastrophe maritime. Présent chaque année aux cérémonies, il en veut toujours à l’Etat. « C’est cela que l’Etat a voulu, déclare-t-il. C’est cela qu’il a toujours voulu, que les Sénégalais oublient ce naufrage. Mais nous, parents de victimes, c’est impossible qu’on oublie cela. Parce qu’un accident qui a provoqué plus de 2 000 morts, c’est impossible, franchement ».

Seize ans après ce naufrage, aucun membre du gouvernement n’était présent au Mémorial. Les victimes exigent toujours le renflouement du Joola.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.